Que faire en cas de copie?

by Selma · 92 comments

que-faire-en-cas-de-copie

Je vois beaucoup de photos de créations avec des contre-marques plus ou moins…discrètes :-)

Et oui, car pour vendre en ligne, on tente souvent de protéger son travail. Et du petit sigle en bas à droite à un texte qui prend le tiers de l’image, les contre-marques ont le vent en poupe…et je ne les aime pas du tout :-)

Aujourd’hui je vous explique pourquoi elles ne servent à rien + comment elles vous desservent + ce que vous pouvez réagir en cas de copie.

Pourquoi les contre-marques ne servent à rien (au contraire)

  • Si vous souhaitez sérieusement protéger votre travail, l’INPI est là pour ça. Pour le reste, une contremarque sur une image ne fait qu’en donner une image d’amateur.
  • Pourquoi ? Parce que vous ne verrez quasiment jamais une créatrice professionnelle marquer les photos de ses créations. Pourquoi ? Parce que, au-delà d’amochir les photos, ce n’est pas nécessaire : un univers vraiment travaillé se reconnaît d’emblée. Piquez n’importe laquelle des photos de La Fabutineuse, Lunaticart ou Les Folles Marquises et vous êtes tout de suite grillée :-)
  • Pire, les contre-marques nuisent à votre visibilité sur les plates-formes de vente. Sur Etsy par exemple, les membres créent des collections avec les images des boutiques, et ces collections sont affichées en page d’accueil. C’est une grande visibilité pour les créateurs, mais aussi pour le curateur de la collection (un lien vers sa boutique apparaît aussi). Il veut donc créer la collection la plus belle possible, ce qui exclut les photos avec contremarques.

Précision : sur Etsy, les contremarques n’apparaissent pas forcément dans les miniatures des collections. Si vous en avez sur vos photos, vous pensez peut être que ça ne freine pas votre sélection. Détrompez-vous : la personne qui choisit voit vos photos en grand, et ne va pas forcément vérifier si votre contremarque est visible sur les miniatures…

Il y a bien sûr ceux qui vont plus loin que voler une photo et qui se lancent dans la copie.

Alors là, 4 situations sont possibles :

Situation 1 : c’est quelqu’un qui copie moins bien et moins cher.

  • Et si c’est le cas : tant mieux ! Il ne risque pas de voler vos clients en plus de votre travail, vu que vos clients sont à la recherche de travail bien fait + qu’ils accordent de la valeur à l’originalité + la qualité.
  • Ca ne vaut pas la peine de contacter ce genre de personne (sérieusement : cette personne-là va en vendre combien, des copies ? 0 ? 5 ? 10 ? Au maximum, elle va gagner combien sur votre dos, une fois déduits le matériel + le temps ? 20 euros ? 50 ? )
  • Certes, c’est rageant mais…Dites-vous bien que l’énergie + le temps que vous perdrez à maudire cette personne-là + à essayer de prouver que vous avez raison, vous ne les consacrerez ni à créer, ni à promouvoir votre travail, ni à vous reposer. Donc à moins d’une circonstance exceptionnelle, ça n’en vaut absolument pas la peine.

Situation 2 : c’est quelqu’un qui copie correctement et qui vend moins cher.

  • Réjouissez-vous, il/elle va travailler plus que vous pour gagner la même chose. Laissez-le s’épuiser!
  • Mais vraiment. Vu qu’il lui faut plus de temps que vous pour gagner la même chose, il ne pourra jamais vous égaler sur le reste. Or ce n’est pas que votre création que vous vendez, c’est aussi votre démarche + votre univers + votre relation client + votre expérience.

Situation 3 : la personne copie et vend à un prix similaire ou plus élevé.

  • Là, je vous conseille de monter au créneau. Si vous vendez, ainsi que cette personne-là aussi, sur une plate-forme de vente, vous pouvez commencer par contacter la plate-forme. Si cette personne-là vend sur un site personnel, réunissez vos preuves puis trouver son adresse physique de contact (dans ses CDV). Adressez-lui un courrier en recommandé avec accusé de réception pour lui expliquer la situation et lui demander à l’amiable de retirer les copies de sa boutique. Je vous déconseille fortement de perdre votre temps avec des mails et des coups de téléphone. Rédigez votre courrier dans le calme, envoyez-le en recommandé, et si vous avez un juriste ou un avocat dans votre entourage, demandez de l’aide pour la rédaction.
  • Mais le vrai préjudice que vous pourriez subir ne se trouve pas dans la petite création, mais dans la « grosse copie ». Les marques de prêt-à-porter  et les magazines volent aussi le travail des créateurs pour l’écouler en très grandes quantités. Cette fois, le manque à gagner est réel.
  • Si vous vous trouviez dans ce cas-là, ce n’est pas une contremarque sur une photo qui va vous aider : j’ai même vu un magazine publier carrément l’intégralité des images d’un tutoriel, sans se donner la peine de reprendre des photos. Les images ont été volées, simplement détourées (c’est-à-dire « découpées ») et publiées sans permission ni crédit.

Situation 4 : une marque de prêt-à-porter ou un magazine vole votre travail.

  • Si vous pouvez réellement le prouver, vous devez collecter des preuves et vous faire aider d’un spécialiste de la propriété industrielle. Concrètement : vous devez réunir des preuves AVANT de contacter la personne que vous soupçonnez de copie. Sinon, elle peut détruire les preuves, et il ne vous resterait plus rien.
  • Quelles preuves ? Si vous avez déposé une enveloppe Soleau à l’INPI, vous avez une preuve d’antériorité. Elle ne constitue pas un titre de propriété industrielle, mais permet de dater les créations que vous déposez. Pour en savoir plus, lisez cet article qui lui est consacré. Vous pouvez aussi prouver avec des captures d’écrans, des catalogues de produits, des contrôles d’huissier en magasin. (Mais sur ce dernier point attention : le magasin étant un lieu privé, l’huissier n’a pas le droit d’y entrer comme ça, il faut qu’il soit autorisé à le faire par un juge, via un avocat – dixit l’INPI que j’ai appelé pour en savoir plus).
  • Une fois que vous avez des preuves, vous pouvez essayer de négocier, avec l’aide d’un avocat (ne tentez rien seule : ce qui n’est pas fait dans les règles peut ensuite être déclaré nul, et vous vous retrouvez le bec dans l’eau). Le but est d’obtenir des dédommagements à l’amiable, pour éviter une procédure longue et coûteuse.
  • Il y a une autre possibilité : vous êtes suffisamment suivie en ligne pour que votre communauté « pourrisse » les comptes de la marque qui a copié, au vu et au sus de tous. Si votre communauté est suffisamment importante, ça peut faire reculer la marque : la créatrice Tori LeConsay a ainsi pu faire reculer H&M après que la marque ait utilisé son travail sans permission, grâce à la pression de la communauté Regretsy (ce site ayant malheureusement fermé ses portes depuis !)

Moralité 

  • Faire la chasse aux « petites copieuses du dimanche » n’a donc absolument aucun sens.
  • Construisez votre univers visuel + mettez-vous à la photo + déposez votre marque + les créations que vous voulez absolument protéger…mais ne gâchez pas vos visuels avec une contremarque :-)
  • Faites-vous une raison : à partir du moment où vous donnez quoi que ce soit à voir, vous savez qu’un jour où l’autre, vous serez copiée. C’est comme ça ! Et dans la plupart des cas, c’est désagréable, mais ce n’est pas grave du tout.
  • Disons que c’est votre attitude qui sera importante : si vous choisissez de vous attarder sur la situation + de ruminer chaque copie que vous trouverez dans la webosphère et vous allez vous faire beaucoup de mal + perdre beaucoup de temps pour ne rien en retirer du tout.
  • Car même si vous « gagnez » et que la copie est retirée : avez-vous vraiment gagné quelque chose ou avez-vous simplement perdu du temps + de l’énergie + de la tranquillité à vous battre contre une « créatrice » qui ne vend rien ou presque, de toute façon ?

 

Et vous? Vous protégez votre travail?

Vous avez déjà été victime de copie, ou accusée -à tort- de copie? Comment avez-vous réagi?

Merci de partager votre expérience et vos questions dans les commentaires!

Pour recevoir la suite par mail :

et c’est GRATUIT!

{ 92 comments… read them below or add one }

Yaelbricole

Merci pour cet excellent article :D (comme toujours) …

Je me posais justement la question si je devais commencer à le faire car beaucoup en parle … je ne l’ai jamais fait et ton article me rassure/me conforte de ne pas perdre de temps pour ça !

Excellente journée et bravo !

Répondre

Selma

Merci Magali :-) Bonne journée à toi aussi!

Répondre

Aurélie de Lolie la fée

coucou selma,
ah la la vaste sujet… mais je suis entièrement dac avec toi !
Pas la peine de se prendre la tête avec ces personnes qui n’ont pas d’idées créatives et qui à la manière d’un vampire se nourrissent de la créativité des autres.
Il faut être consciente que l’idées de créer ou d’être inspirée n’est pas donner à tout le monde… Et la réussite non plus !
Dans l’avenir je crois dur comme fer que les grandes enseignes vont se nourrir de l’influence des créatrice du web (cela à déjà commencer), car nous allons créer la tendance de plus en plus ,mieux vaut donc commencer à réfléchir dès maintenant à une solution pour protéger ces créations que l’on pense vraiement être en danger, car je ne croit pas même qu’il faille tout protéger…
bon mercredi selma et bon mercredi à toutes
Et au boulot!

Répondre

Selma

Merci Aurélie! Disons qu’il faut réussir à n’accorder son attention qu’à se qui le mérite. Ensuite, c’est normal d’être influencée par les autres et d’influencer les autres, les tendances sont dans l’air du temps d’une génération. La copie pure et dure par des grandes marques, ça peut être un vrai problème. Pour avoir des preuves en cas de souci, l’enveloppe Soleau est utile, d’autant qu’on peut mettre un certain nombre de modèles dedans, mais n’en publier que certains si besoin (c’est que la publication est payante :-). A bientôt!

Répondre

Loïs

Approche vraiment intéressante, je trouve que prendre du recul quand on est copiée est difficile, mais bien plus constructif et sans perte de temps, c’est vrai !!

Après pour la contremarque, je n’avais JAMAIS vu les choses comme ça !!
Toutes mes photos sont marquées, et je trouve que le fait d’avoir le nom de mon entreprise dessus permettra aux personnes de retrouver mon site sans avoir de lien direct …

Répondre

Selma

Bonjour Loïs :-) Tu trouves que ta contremarque permet aux personnes de trouver ton site ça veut que tu l’imagines…ou que tu en es sûre? Tu as déjà eu des visites, des ventes qui t’arrivaient comme ça? De mon côté, j’ai eu l’expérience inverse, j’en parlerai dans un autre article :-)) A bientôt!!

Répondre

Loïs

Dis, je n’ai jamais eu de mail pour me dire que tu avais répondu à mon commentaire, du coup j’ai loupé ta réponse :’(

Ahah, je n’en suis pas sûre non, mais comment le prouver ?
En tout cas, mon problème c’est que contrairement à d’autres, je n’ai pas de style défini, je touche à tout … en voyant mes créations, je ne crois pas qu’on puisse se dire « ah ça, c’est sûr que c’est Les Bijoux de Loïs, tout à fait son genre ». Alors du coup, la contre-marque, ça fait un lien commun.

J’attends ton article avec impatience :)

Répondre

elise

Interessant ce sujet. Je suis co-fondatrice d’un magazine gratuit sur internet, participatif, et il nous est arrivé une fois de nous faire accuser de « vol » à tort. Nous avions à l’époque vraiment tenté le dialogue, proposé des solutions pour que tout le monde soit gagnant, bien que nos lecteurs étaient avec nous sur cette accusation qui n’était pas fondée. L’accusatrice nous a menacé de poursuites. Finalement, rien ne s’est passé, je pense qu’elle a compris qu’elle ne pouvais pas faire grand chose. Et c’est là que j’ai compris une chose : même s’il y a copie, les frais et les efforts engagés juridiquement (surtout si les protagonistes sont dans deux pays différents) coutent plus qu’ils ne rapportent en général. D’ou un article que j’avais écris sur notre magazine pour plutot mettre en avant le dialogue avant tout : http://intheloop.fr/reportages/patrons-et-propriete-intellectuelle/

Répondre

Selma

Merci Elise pour le lien :-)
Et oui, c’est vraiment délicat les histoires de copie car dans la plupart des cas on ne peut pas être sûre, et beaucoup de bloggueuses racontent des histoires similaire à la tienne.
Bonne continuation! A bientôt!

Répondre

Faraboule

Tout-à-fait d’accord avec cet article !
Moi je rigole trop quand je vois des créatrices sur internet dirent « ouin la vilaine ! elle m’a copié ! » ça fait un peu maternelle… Et la chasse aux sorcières qui s’en suit, ça ne donne vraiment pas une bonne image de la créatrice. J’en ai vu et revu dans le monde des bijoux gourmands.
La copie c’est la rançon de la gloire.

Ensuite, il y a eu des histoires de pages fb ou de boutiques qui se sont créées avec des photos volées à d’autres créatrices, puis les clients achètent et bien évidemment ne reçoivent jamais leurs créations. Ce qui porte préjudice à la créatrice et au client : que faire dans ces cas-là ? Car bien souvent la personne qui a volé ces images disparaît dans la nature très vite.
Et là où c’est vraiment grave en effet, c’est lorsque une grosse marque vole des créations.
En général on est presque toujours face à la situation n°1, très rarement la 4….

La copie est aussi un excellent moyen d’apprendre. Moi-même j’ai beaucoup copié des créations vues sur internet pour apprendre :
Comment a-t-elle fait ? Quelle technique elle a utilisé ? Quel matériel ? etc
Après on personnifie et on crée son style.
Même les plus grands peintres de la Renaissance ont appris en copiant leurs maîtres, et cela se fait toujours dans le monde de l’art actuellement, en réinterprétant des oeuvres.

Répondre

Selma

J’adore, Fanny : c’est la rançon de la gloire, et oui! QUant à la copie, c’est sûr que tout le monde commence par se faire la main en copiant des modèles déjà existants. Comme l’a dit Picasso : les mauvais artistes copient, les bons artistes volent. C’est à dire qu’ils réinterprètent, comme tu l’expliques.
Tu soulignes aussi un problème important : beaucoup de créatrices, même si elles ont raison, donnent une mauvaise image en se plaignant publiquement d’être copiée. Parce que c’est normal, à un certain point de succès, que d’autres essaient de le voler. Et que le client, lui, ça ne l’intéresse pas…

Répondre

virginie

Bonjour,
Si j’ai bien compris ce que vous appelez contremarque, et bien j’en ai …tout plein!
Pas du tout pour une question de copie mais tout simplement parce que je trouve ça joli!
Mais j’entends très bien ce que vous dites.
Bonne journée
Bonne journée!

Répondre

Selma

Merci Virginie :-)

Répondre

virginie

Oups…je crois m’être trompée d’adresse mail sur le précédent message!

Répondre

Emilie

Ah lala, je me sens bien concernée !
J’utilise une contre-marque sur toutes mes photos…

En fait c’est peut-être bête, mais justement j’ai peur qu’on ne reconnaisse pas mon travail si je n’ai pas de contre-marque pour signer mes bijoux !
J’ai du mal à voir si j’ai une « patte » ou non…

Et puis j’utilise cette contre-marque aussi lorsque des blogueuses utilisent mes photos, ou que mes photos se retrouvent sur Pinterest ou facebook, au moins les gens qui ne connaissent pas ma boutique peuvent la retrouver grâce à la contre-marque.

Je ne pense pas être si connue au point qu’il suffisse de regarder une de mes photos pour savoir que c’est Ichigo to Pinattsu :)

Répondre

Selma

Bonjour Emilie! Et bien dans ce cas, comme tu le dis finalement, il te reste à trouver une mise en scène pour qu’on reconnaisse ton travail :-)
Et comme je disais déjà en réponse à une autre commentaire : tu penses que ça permet à des gens de retrouver ta boutique, mais es-tu sûre que ça ait déjà marché? A bientôt :-)

Répondre

Emilie

Bonjour Selma !

J’ai fait un petit tour chez des créatrices populaires pour voir un peu comment ça se passait chez elles, et certaines ont une mini contre-marque peu visible (qui passe inaperçue sur les miniatures type Etsy) mais qui marque leurs créations.

Je pense que c’est un bon compromis !

Moi-même je découvre de nouveaux blogs, de nouvelles créatrices via les contre-marque, et je ne dois sûrement pas être la seule :)

Pour ce qui est de la mise en scène de mes bijoux, je préfère rester sur un fond blanc ou parfois un fond en bois, plutôt que de suivre le « mouvement » du fond gris/pastel, je crois que je perdrais de mon identité à en faire autant. Mon fond blanc me permet surtout de mettre en avant mes photographies en bijoux, sans fioritures, c’est simple… en fait ça me correspond bien finalement !

J’ai réfléchit à ça hier soir et en fait, ça me colle à la peau !

Répondre

Laurence

Oui cela a marché plusieurs fois pour moi!
Je n’adhere pas totalement a ce qui est dit , une patte ou une façon de mettre en valeur cela se copie aussi, et meme plus facilement que tout le reste!
Je trouve qu’il n’y a rien de flatteur a se faire copier.
( Etre l’inspiration pour d’autres est tout a fait different, et souvent le point de départ effectivement pour les debutants qui vont ensuite s’affirmer avec un style propre a eux.)
Le préjudice subit est aussi moral, et avec des reactions du genre » c’est la rançon du succes », ne font que conforter les personnes a impunément se servir des autres pour gagner du temps.
Se plaindre publiquement n’est peut etre pas tres classe, mais il est surtout tres efficace de faire appel a ses amis et collegues et faire reculer le copieur .
Pour les grandes marques qui reprennent les idées de petits (ou plus petits en terme de sous et de moyens), c’est peut etre tout aussi injuste, mais le consommateur sait pertinement qu’il ne va pas acheter la meme qualité, mais seulement le look. Si cela lui suffit, il n’ira de toute façon pas acheter cher ce créateur…
Je n’ai jamais eu de probleme sur etsy a avoir mes oeuvres dans des collections et il y en a eu beaucoup avec contremarques! Il est plus important d’avoir une belle image bien cadrée (en miniature aussi surtout!) par exemple, que d’avoir une petite marque sur sa photo.
Biensur, les collectionneur d’images preferent quelquechose de « clean » pour leur board, mais est ce que nous travaillons pour eux? Ce ne sont pas des images que nous produisons (sauf pour les peintres , photographes ou graphistes c’est vrai!), mais nous nous servons d’images pour montrer un produit. Toutes les grandes marques mettent en valeur leur nom sur leurs publicités.
Enfin, je comprends que tu trouves les contremarques jolies Emilie, certaines font preuve de reélle créativité en faisant partie integrante de l’image dans sa composition.
Bref, je ne suis pas sure du tout qu’une contremarque sur une photo produise un préjudice pour le produit ou le createur, n’exagerons rien!

Répondre

Brigitte Montana

1/ L’INPI oui, mais lorsque l’on crée très souvent de nouveaux modèles, cela devient financièrement très lourd (même avec l’enveloppe Soleau)… Personnellement pour prouver, le cas échéant, l’antériorité de mes créations, je dépose des photographies de tous mes nouveaux modèles sur le site de Copyright France bien AVANT de les mettre en ligne sur internet ! Je suis capable de démontrer l’antériorité de toutes mes créations.

2/ Mais si hélas…. un univers se recopie, et oui… tout comme les créations, et aussi la façon de prendre les photographies… Même les textes descriptifs des créations sont recopiés… c’est dire jusqu’où ça va !
Amochir les photos, je ne crois pas… Mes photos me servent aussi de support de communication « textuelle » :-)

3/ Visibilité sur Etsy, ça me fait sourire :-) Sur Etsy tout ce qui est mis en avant se ressemble… Hors les photos dépouillées, graphiques et le plus souvent avec des coloris pastel… point de visibilité sur ce site ;-) Alors autant se démarquer carrément et réaliser des photos qui détonnent franchement ^^ et vive la liberté de faire comme on le ressent et d’être soi-même :-)

Le « co-pillage » est une vraie plaie pour les créateurs… Personnellement, j’interviens toujours quand une certaine limite est dépassée… et faire retirer une copie est une petite victoire contre l’injustice et la bêtise… aucune raison de se laisser piller sans réagir… hors de question de travailler pour que des personnes sans aucune éthique et sans scrupules se servent comme dans un libre-service ! Dans la vraie vie ces personnes-là ne rentrent pas dans les boutiques pour voler ce qui leur plaît, alors pourquoi le faire sur internet ?
Internet n’est pas une zone de non-droit… la contrefaçon est un délit passible de sanctions… c’est clair, c’est net ! ;-)

Répondre

Selma

Bonjour Brigitte! Je trouve que tes photos parlent d’elles-mêmes, et qu’on reconnaît ta patte au premier coup d’oeil :-)
Je suis bien d’accord avec le fait de faire des photos qui détonnent franchement, comme tu dis!
En revanche, je ne sais pas si c’est ce qui est mis en avant sur Etsy qui se ressemble ou si c’est une ligne éditoriale qui suit les tendances…en tout cas, j’y trouve bien des merveilles, mais c’est sûr que si on veut faire connaître quelque chose qui ne rentre pas dans le cadre, il ne faut jamais compter sur une plate-forme de vente!
Enfin, ce n’est pas qu’internet devrait être une zone de droit, c’est qu’il vaut mieux choisir avec discernement les situations qui méritent que l’on s’y attarde…et les autres :-)
Merci de ton témoignage! A bientôt!

Répondre

Brigitte Montana

Ce qui me gêne un petit peu Selma, c’est que j’ai le sentiment que finalement la copie ce n’est pas grave… quelque chose d’inéluctable… c’est la rançon de la gloire en quelque sorte… mais je ne suis pas d’accord ! J’ai un sens très, très aigu de la (ou de l’in) justice et voler le travail des autres n’est pas une chose normale et est inacceptable.
On m’a volé pas mal de modèles, par des personnes qui en plus les vendaient moins chers que moi en revendiquant bien sûr la paternité des modèles en question… Lorsque je démarchais certaines boutiques on me disait que les mêmes modèles étaient déjà en vente « créés » par d’autres créatrices… en gros que c’était moi la copieuse… un comble !!
Alors personnellement, lorsque je constate qu’une copie dépasse très largement le seuil de « l’inspiration » je règle le problème moi-même… sans le faire en public car en effet, je trouve déplorable de mêler tout le monde à des histoires pas très agréables…
En plus, comme tu le dis justement, bien souvent la copie est moche, mal finie, réalisée avec des matériaux bas de gamme, mais je trouve que ça dévalorise aussi mon travail in-fine…
Créer de nouveaux modèles de bijoux est pour moi quelque chose qui n’est pas anodin, j’y mets beaucoup de moi-même, j’y passe du temps, je fais, défais, refais, redéfais, jusqu’à arriver à un certain point d’équilibre dans les formes, la matière, les couleurs etc… alors une fois que le modèle est réalisé, c’est trop facile de passer derrière, de récupérer mon travail et ensuite de le brader… je ne sais pas qui peut accepter ça, mais pas moi en tout cas :-)

Répondre

Marie-Anne

Brigitte je suis bien d’accord avec toi !
je trouve que que voler des modèles n’est pas acceptable !
Quand on a travaillé sur un modèle quel qu’il soit (bijou, grille point de croix, cartonnage) passé du temps à dessiner, monter la maquette ou le modèle, rectifier, le mettre en forme sur informatique on n’a pas envie du tout de ce faire piquer son travail !
Moi je suis dans les secteurs de la couture, broderie et cartonnage et je suis effarée de voir certains modèles drôlement ressemblants !
Même si on peut penser qu’une boîte ressemble à une autre boîte, ou que deux créatrices peuvent avoir la même idée au même moment bof bof ! Quand à certaines revues elles ne se donnent apparemment pas la peine de vérifier du coup elles deviennent moins crédibles !
Et je ne parle pas des erreurs de montage ou du loupé des étapes encore plus embêtants dans de la couture ou du cartonnage !
bref … cela me refroidit beaucoup de me lancer du coup !

Répondre

morgane

Bonjour Selma,
Je ne suis pas créatrice, mais je te dis bravo pour ce billet parfaitement clair pertinent et tout à fait transposable dans les autres domaines à mon sens. J’entends trop souvent des personnes dans les services qui disent : je ne parle pas de ce concept, on va me le voler. Sauf que ce qui compte ce n’est pas le concept mais ce qu’on en fait et qui on est !
Merci :) Je partage !

Répondre

Selma

Bonjour Morgane! Et merci! Oui, je crois que c’est une attitude qu’on peut transposer à bien des domaines, y compris à ses relations personnelles :-) Un jour j’ai lu « vous pouvez choisir d’être heureux, ou d’avoir raison », et ça m’a beaucoup marquée! A bientôt!

Répondre

morgane

Oui, c’est très vrai ! Du coup, j’ai encore un peu de boulot ;) Mais j’y travaille

Répondre

Selma

Hi hiiiii! Moi aussi, bien sûr :-)

Répondre

Julie ♥ Adore (@julie_adore)

Il y a pas beaucoup de gens savent que le concept et le nom « Serial crocheteuses » a été inventé par moi…
Mais comme je suis une petite personne sans ressources juridiques ni avocat, je préfère oublier cette affaire.
Je suis pas d’accord avec Morgane qui dit que le concept c’est rien.
Avoir une idée c’est la chose la plus importante dans la création.
Justement celles qui copient sont en manque d’idées…

Répondre

Brigitte Montana

Tout à fait d’accord ^^

Répondre

morgane

Ah mais je n’ai pas dit que le concept n’était rien ! Mais qu’il prenait son sens et sa force lors du passage au concret : la création pour vous, la prestation pour moi. Les « voleurs » manque de créativité sur les concepts mais aussi sur la création en elle-même et l’incarnation si je puis dire.
D’ailleurs, s’il est honteux de voler, il peut être intéressant de s’inspirer (qui ne le fait pas, nous nous inspirons tous de ce qu’il y a autour de nous) + digérer + personnaliser + créer une nouveauté (pour plagier Selma ;-) ).

Répondre

Selma

hé hé. Alors j’ai repensé à tout ça, et je te rejoins assez Morgane : les idées comme les concepts, circulent. Ford a inventé l’automobile par exemple, il y a aujourd’hui des dizaines de concurrents, et on ne les considère pas comme des copieurs : Mercedes, Toyota, Audi, Renault, chaque constructeur développe sa gamme de véhicules avec un univers qui lui est propre. Et puis je ne sais pas lequel a innové avec l’air conditionné dans les voitures, mais maintenant toutes les marques le proposent, et ça nous semble normal. Alors pour te plagier à mon tour : c’est intéressant de s’inspirer + digérer + personnaliser + créer des nouveautés! A bientôt Morgane!

Répondre

Selma

Bonjour Julie! En fait, je suis d’accord avec Morgane ET avec toi, mais je crois que tu es tellement dans ton univers que tu ne vois plus forcément l’incroyablement créativité + l’originalité qui s’en dégage. D’autres peuvent piquer un concept, mais c’est ta manière de le rendre vivant qui est importante. Tu auras toujours un train d’avance sur celles qui te copient :-))

Répondre

Julie

Merci Selma, j’ai le plaisir de créer. Et comme je suis pas dans la démarche de vivre de mes créations ma phrase fétiche est Si tu es copiée tu es géniale
Mais je suis toujours dégoûtée par la copie pour les autres.

Répondre

Viviane

Bonjour Julie,
D’accord avec vous pour dire que le « concept » est important dans la création, puisqu’ il en est à la base.
Mais là où je ne vous suis pas, c’est quand vous dîtes que c’est le plus important. Morgane a raison de dire que « le plus important est ce qu’on en fait et ce qui on est ».
_Pour ce qu’on en fait : sur votre blog, dans votre post du 11/09/2009, vous écrivez :
 » Le nouveau jeu « The serial crocheteuses » débarque sur la blogosphère.
Fans de crochet frénétique – c’est pour vous. Quatre crocheteuses
nées Ricochet, Les gribouillis d’Inès, Isabelle Kessedjian et Julie
Adore vous proposeront chaque vendredi un sujet à réaliser au crochet…..
Cela vous tente? Born to be crocheteuses? Prêtes? Parlez de ce jeu sur
vos blogs et rendez- vous le vendredi 18 septembre ici même!  »
A aucun moment, vous ne dîtes que le concept est VOTRE idée à vous… Je ne comprends donc pas pourquoi vous dîtes ici : « Il y a pas beaucoup de gens savent que le concept et le nom « Serial crocheteuses » a été inventé par moi… Mais comme je suis une petite personne sans ressources juridiques ni avocat, je préfère oublier cette affaire. »
Il faut être cohérente, Julie : soit vous le dîtes, le revendiquez dès le début haut et fort et allez jusqu’au bout ; soit vous ne l’avez pas dit, pour « x » raisons et dans ce cas-là, vous ne pouvez rien faire aujourd’hui !
Un concept n’est pas une marque, il peut le devenir quand on effectue les démarches nécessaires, sinon non.
Et qu’entendez-vous au juste par « celles qui copient » ? Qui a « copié » votre concept Julie ? Les éditions Mango, Isabelle Kessedjian, les serial crocheteuses qui revendiquent appartenir à ce groupe ?

Quoiqu’il en soit, ce concept est très drôle et plein de bonne humeur, et le nom est très accrocheur, donc bravo pour cette merveilleuse idée que vous avez eue.
Une autre chose avec laquelle je ne suis pas d’accord avec vous :
vous n’êtes pas une petite personne, votre blog en témoigne ! Vous êtes une personne pleine de ressources, avec de chouettes idées et ce que vous faites de vos idées avec vos mains, montre que vous êtes une vraie créative : )

Répondre

Laura Desbigribons

Merci Selma pour cet article!
Je n’avais jamais vu l’histoire des contre-marques sous cet angle… Et mes photos en sont truffées…

Mais quand on n’a ni le temps ni l’argent pour déposer et protéger officiellement nos créations, elles me semblent être une (petite) barrière qui décourage déjà le vol et l’appropriation des photos…

Répondre

Selma

Bonjour Laura! En plus, tu as vraiment un univers très particulier, qui se passerait bien de contremarques :-)) Tes contre-marques sont-elles vraiment une barrière contre le vol de tes photos? Je ne crois pas : quelqu’un qui veut copier ton travail le fera, et après? Tu as envie toi, d’acheter des copies? Moi non, et je crois que quelque’un qui achète chez toi est attiré par quelque chose de particulier, qu’on ne peut pas copier : toi! A bientôt :-)

Répondre

Sophie

Bravo pour cet article qui met le doigt sur des points que j’avais pas vus qui me permettent de relativiser! J’ai été victime de 3 tentatives de copies pures que j’ai réussi à faire cesser. Mes produits sont très identifiables et pas besoin de contre signature pour identifier mes créations! Une des copieuses avait même été jusqu’à copier la manière de prendre mes photos, mêmes accessoires etc! Il a suffit de lui expliquer ce qu’elle encourait et elle a bien compris mais ce n’est jamais simple malheureusement. Et comme il est dit dans un des commentaires quand on crée souvent des pièces nouvelles on ne peut pas toutes les protéger; ceci étant le droit d’auteur nous protège et une identification forte par un style bien défini peut nous sauver.

Répondre

Selma

Oui! Un style bien défini, et puis il faudrait calculer mais d’après ce que j’ai compris, l’enveloppe Soleau, c’est moins de 40 euros, et on peut mettre beaucoup de modèles dedans. On ne publie ensuite que ceux sur lesquels il y a contrefaçon. A bientôt Sophie!

Répondre

Julia- Les Juliettes

Bonjour Selma et encore merci pour ton article !
je voulais juste préciser que l’enveloppe Soleau permet de protéger et de dater une ou plusieurs créations en même temps.
On peut par exemple protéger ses créations les plus importantes, sachant que bien souvent on en fait des déclinaisons derrière…
Enfin, l’exposition de nos créations sur le web intensifie ce phénomène, et c’est pourquoi j’ai décidé juste avant noel de fermer ma boutique sur ALM. J’ai aujourd’hui ma boutique Bigcartel, c’est plus de travail pour se faire connaître mais on arrive plus à contrôler sa visibilité.
A bientôt !

Répondre

Selma

Merci Julia! Oui, comme tu dis, on peut mettre plusieurs créations dans une enveloppe. Plate-forme de vente ou non, si on veut se faire connaître, de toute façon il faut augmenter sa visibilité, ce qui accroît le risque de copie…d’où l’importance de se protéger un minimum et de faire le tri entre les situations qui méritent qu’on intervienne…ou non :-)

Répondre

L'écharlotte

Merci Selma pour cet article qui résume bien ma pensée. Personnellement, je ne fais pas du tout la chasse aux copies et à vrai dire, je m’en moque. Je n’ai pas envie de gaspiller de l’énergie avec ça. Il y aura toujours quelqu’un/e pour reprendre bêtement et tel quel le travail de quelqu’un/e donc bon.

Pas de contre-marques, c’est moi et même une autorisation à ce que les gens refassent mes modèles sans problème, si c’est pour leur usage personnel ;)

Ma barrière contre la copie ? Continuer encore et toujours à se renouveler et à produire de nouvelles choses régulièrement.

Répondre

Selma

Charlotte, j’admire ton attitude! Pour toi aussi, quiconque copierait tes peluches pour les vendre ferait vraiment figure de voleuse, vu la « patte » que tu as. Et tu soulèves un point important : continuer, et se renouveler régulièrement, car de toute façon, les précurseurs inspirent une cohorte derrière eux! A bientôt!

Répondre

Dorothée-Les Folles Marquises

Merci Selma pour la dédicace ! :) Je dois reconnaître que quelques photos avec filigrane se planquent encore dans ma boutique, mais j’ai laissé tomber pour les raisons que tu évoques ci-dessus. A part quand c’est très bien fait (cela existe), le filigrane alourdit la photo et donne une image pas très professionnelle (ou ça fait carrément grossiste asiatique), sans compter que c’est une charge de travail supplémentaire, à prendre en compte lorsque le temps est si précieux !

L’enveloppe Soleau est une preuve de datation, mais en effet elle n’empêche pas la copie. Elle sert uniquement de preuve d’antériorité en cas de jugement devant un tribunal…
J’ai un peu arrêté la chasse aux petites copieuses, qui fait en effet perdre un temps fou (Je mène juste une veille de temps à autre), mais quand on me signale un cas, j’envoie un message bien senti, histoire de montrer que je ne me laisse pas faire (sinon on se fait vite bouffer…). Je n’en parle plus publiquement car à nouveau cela ne fait pas très pro de se plaindre.

Plus que les petite copieuses qui n’iront jamais nulle part, ma hantise est de me retrouver un jour copiée par une grande enseigne, car parfois cela se solde par une victoire de la créatrice (Lady Desidia et Carrefour), et parfois non (Velvetine et Mango)…

L’essentiel est de ne pas se focaliser sur la copie. J’entends parfois des gens qui me disent qu’ils ne veulent pas être présents sur internet justement pour éviter la copie, mais bon, à notre époque, ne pas avoir de visibilité sur internet, c’est un peu s’autosaboter…

Et c’est normal de copier, d’imiter, quand on démarre, c’est comme ça qu’on apprend, depuis que l’homme existe. Mais il y a une différence entre copier pour apprendre, et copier pour en tirer un profit. J’ai appris beaucoup en copiant, pendant des années, mais une fois qu’on a le savoir-faire, il faut laisser s’exprimer sa propre voix. Sinon on ne va pas loin !

Il y a aussi un manque d’éducation à internet du grand public : beaucoup de gens pensent que si c’est sur internet, c’est en libre service. Il faudrait lancer une campagne se sensibilisation…

Dernièrement, je suis confrontée à un autre problème : une personne a carrément copié (à 2 lettres près) mon nom de créatrice, sur une plateforme où j’ai une boutique. Et lorsqu’on y fait une recherche de mon nom, c’est une de ses photos qui apparaît en premier… Les boules ! Je suis en plein dépôt de marque, j’espère qu’il n’est pas trop tard faire quelque chose… As-tu des conseils à me donner à ce sujet ?

Bref, mon credo désormais : toujours créer et aller de l’avant, ne pas se focaliser sur la copie, mais ne pas se laisser marcher les pieds, jamais.

Répondre

Brigitte Montana

Si je puis me permettre Dorothée, je n’ai pas l’impression que mes photos ressemblent à celles « d’un grossiste asiatique » (d’ailleurs je trouve cette expression qui sonne comme une insulte, plutôt déplacée) et je n’ai pas l’impression d’être « non professionnelle » parce que j’indique sur mes photos le nom de ma marque ;-)
Ce n’est pas vraiment une charge de travail supplémentaire car il existe une fonction « script » qui permet d’automatiser certaines tâches un peu répétitives ^^

En revanche, tout à fait d’accord avec ton credo qui pourrait aussi être le mien ^^

Répondre

Selma

Brigitte, les mots de Dorothée n’ont rien à voir avec tes contre-marques :-)) Il n’y a rien de personnel dans ce qu’elle dit, absolument pas d’insulte, d’ailleurs vous êtes d’accord sur le fond. Si toi tu tiens à faire figurer ta contremarque, c’est ton choix. Maintenant si on regarde les photos de créations par des professionnels, il y en a peu, par rapport aux amatrices et aux grossistes, qui y rajoutent leur filigrane :-)

Répondre

Dorothée-Les Folles Marquises

Brigitte, je dis aussi que parfois le filigrane est très bien fait ! :)

Répondre

Brigitte Montana

(^___^)

Répondre

Selma

Dorothée…tu n’as pas encore déposé ta marque? Sur l’Inpi, ça se fait très rapidement en ligne. Je te conseille 1/ de t’adresser à la plate-forme en expliquant que ta marque est déposée (même si tu n’as pas encore reçu les papiers) et en leur demandant de contacter la personne pour qu’elle change son nom de boutique et 2/ de t’adresser à la créatrice pour lui expliquer à elle aussi que ton nom est déposé et qu’elle risque telle et telle chose si elle ne le change pas. Tu lui donnes 24h avant de lui envoyer un courrier de ton avocat (nan mais oh!!! :-D) (vérifie aussi si son nom à elle est déposé à l’inpi et si tu es encore dans les délais pour le contester…)

et un P.S : son travail est quand même…très très loin de la qualité du tien hein!

Répondre

Dorothée-Les Folles Marquises

Héhé, c’est enfin fait ! Rapidement, il faut voir (vu que j’ai déposé plein de catégories et que je relis toujours tout 15 fois…) ;) (mais que représente une journée par rapport à 10 ans de tranquillité ?)
Je vais re-contacter la plate-forme, j’ai envoyé un mail la semaine dernière mais je n’ai toujours pas reçu de réponse…

Répondre

La Petite Fille Chantilly

Je suis d’accord sur tout sauf sur ton point de vue sur l’utilisation de la contre-marque. Je pense que c’est un privilège que tout le monde ne peut pas se permettre, surtout quand on cherche un peu de visibilité. Au fond je ne vois pas pourquoi ça rebuterai une cliente qu’il y en ait ou pas, l’important c’est la création qui est montrée. Sinon sur la copie, je suis d’accord. En fait pour être plus claire, je pense que la contre-marque est inutile si on a son propre site où les créations peuvent être présentées sans confusion avec celles d’une autre (et le jour où, j’espère ^^, j’aurai mon site, c’est sûr que j’aurai plus besoin de marquer mes photos ). Mais dès lors qu’on passe par une plateforme où d’autres créateurs se jouent des coudes (ALM, ETSY, DAWANDA), c’est vraiment le minimum qu’on puisse faire pour essayer d’être un peu identifiable. D’ailleurs les exemples que tu cites ont toutes leur propres boutiques en ligne, donc c’est clair pour moi que c’est que les filles comme elles que ça concerne ce privilège …….

Répondre

Fabienne

ça dépend, je n’ai ma propre boutique que depuis 5 mois, et je n’ai quasi jamais mis de contremarque depuis 2-3 ans !! Tout dépend peut-être des créations ?

Répondre

Selma

Mmmm non, l’important, ce n’est pas la création qui est montrée. La création est importante, mais ce n’est pas l’essentiel : il faut particulièrement soigner la manière dont elle est montrée et l’univers qu’on crée autour d’elle, et à travers elle.
Une plate-forme de vente sert à vendre sans se casser la tête avec du code. Et sur Etsy, si on veut gagner un peu de visibilité, justement il ne faut pas de contremarque pour apparaître en page d’accueil et dans les newsletters…
Fabienne n’a sa boutique que depuis la rentrée dernière, Dorothée des Folles Marquises vend sur 3 plates-formes, et Berenice/Lunaticart sur Etsy : ce ne sont donc pas des privilégiées qui peuvent se passer de contremarques…mais ce sont des créatrices très stylées, qui travaillent beaucoup leur univers et leurs photos :-)

Répondre

Plumetis Joli

Bien, bien, bien… Moi qui m’embête à tout contre-marquer, ce n’est effectivement peut-être pas la bonne solution. J’ai bien remarqué que sur Etsy bien peu de photos sont « logotées », et je me demandais justement s’il fallait que je continue ou non.
Une question concernant la protection des créations : quid de l’enveloppe adressée à soi-même avec cachet de la Poste? L’INPI le réfute, pour des raisons évidentes, mais est-ce une solution totalement factice… ou valable, avec une économie réelle?
Merci Selma pour cet article :)

Répondre

Sandra

Moi j’aime bien ton logo, il est joli, bien proportionné, placé dans un des coin inférieur de l’image il reste discret, comme une signature. Une personne mal intentionnée peut recarder tes images pour éliminer le logo, mais je pense que ça a quand même son utilité; Sur un réseau comme Pinterest par exemple, ça permet d’identifier l’auteur même quand l’image n’est plus liée à son site.

Répondre

Selma

Adeline, je ne sais pas pour l’enveloppe adressée à soi-même. Il faudrait demander à un juriste : la preuve est-elle aussi solide quand il est toujours possible d’avoir réouvert l’enveloppe? Dans l’éventualité d’une bataille juridique, je préfèrerais l’enveloppe Soleau a priori.

Répondre

Fabienne

Encore une fois, tu touches un sujet combien pertinent et qui me questionne régulièrement. Je ne dépose pas non plus tous mes nouveaux tampons pour les protéger. Du coup je vois fleurir de ci et de là, et de plus en plus, des motifs inspirés voire parfois limite ressemblant. J’ai hésité il y a quelques semaines, car une personne a fait visiblement une commande, où la cliente lui a demandé de faire « la même chose que j’ai faite » (qui était aussi une commande). C’était flagrant !!
Je n’ai rien dit. Chaque fois que je peux constater des choses de ce type, d’abord ça me met en colère. Mais de suite, je me dis que les personnes doivent manquer vraiment d’originalité et d’idées pour faire cela. Et moi les idées ?? Non seulement je n’en manque pas mais j’en ai des tonnes à la seconde, et pas assez de temps pour les réaliser. Donc dans un second temps ça m’apporte une énorme énergie émulatrice qui me pousse à faire encore, et différemment, et nouveau avec mon univers. Je trace ma route. Je me dis « allez je ne me laisse pas miner par ça, j’avance ».
Ça me pousse à montrer de nouvelles choses pour asseoir mon univers et le développer. Passer son temps à recopier n’est surement pas marrant et les personnes qui font cela n’ont pas beaucoup d’amour propre. Chaque personne se regarde dans le miroir et vit avec les choses qu’elle fait. On a tous bien sûr des inspirations qui sont tendances, on n’échappe pas à certaines orientations, mais le challenge et ce qui rend les choses intéressantes c’est bien de personnaliser un univers certaines y arrivent d’autres pas, et les premières dureront, les autres non. Rendez vous dans quelques années ? ;)
J’ai testé la contremarque en petit un peu transparente, mais ça affadissait mes photos je n’ai pas poursuivi. Je trouve aussi qu’une photo avec une contremarque dessus, perd de qualité !!
Encore merci Selma pour ces réflexions intéressantes, et aussi pour m’avoir cité pour les photos identifiables :)
Bises

Répondre

Selma

Bonjour Fabienne! Voilà, une photo perd de la qualité avec une contre-marque :-)
Tu as bien fait de ne rien dire pour la personne qui a pris une commande de copie : pfffff.
Si elle compte gagner des sous comme ça, ça ne sera pas drôle longtemps! Toi, on te suit justement pour ce que tu crées!
Comme je répondais à Charlotte plus haut (que j’aurais aussi pu citer pour les photos d’ailleurs), c’est une attitude beaucoup plus constructive de considérer cela comme de l’émulation et de l’encouragement à l’innovation! Bravo!
Bien sûr, si la personne en question ne se mettait à vendre que des copies de ton travail, ce serait une autre paire de manches mais bon, on n’en est pas là :-)
Merci pour ton témoignage!

Répondre

Vanessa Lekpa

Ton article est très intéressant surtout qu’il s’agit d’un sujet très délicat qui se vit plus souvent dans la passion que dans la raison.

Perso, j’ai eu les deux cas de figures. J’ai été copié par une très grande marque ( avant la diffusion mais l’usine avait déjà créée plusieurs prototypes de mes créations) qui au dernier moment à décidé de me contacter (petit accord à l’amiable ) je pense qu’ils l’on fait car il s’agissait d’un modèle que j’avais déposé réellement (attrape rêves origami et bracelet attrape rêves) …

du coup j’ai vu l’envers du décors (fabrication des bijoux en usine, grosse production et bataillon d’avocats !).

Le processus à finalement pu s’arrêter car j’avais très bien ficelé mes protections juridiques et que je serais allé jusqu’au procès sans problèmes car là c’était vraiment très gros !

Ce que cette histoire m’a apprit c’est que le danger quand on crée c’est bien plus la grande industrie qu’elle soit de distribution ou de luxe que la créatrice de la boutique d’à côté.

Pour la contremarque, je suis mitigée. Au début je ne l’insérai pas dans mes photos car je trouvais cela plu pro puis je me suis positionnée autrement. J’ai décidé d’utiliser ce support pour promouvoir ma marque « Vanessa Lekpa , les Evanescentes créations ♥♀♥ » et de ne pas les voir comme de simple photos illustrant la création même si cela fait « moins pro ». Par contre , Je pense que si je faisais un shooting photo (avec modèle , ambiance etc…) j’hésiterai à mettre une contremarque.

si les photographie de certaines créatrices sont rapidement identifiable, elles le sont dans un contexte de personnes qui connaissent ou intéressent déjà à cet univers , pour quelqu’un qui tombe par hasard sur le net sur une photo qui lui plait, voir le nom de la marque peu l’inciter à découvrir la marque.

Je ne sais pas si certains ont découvert mon blog ou ma boutique grâce aux contremarque sur mes photos mais en tant qu’acheteuse, je suis allée vers des créatrice grâce à des photos trouvé sur internet et à l’adresse inscrit sur leur photo…. Donc je suis vraiment mitigé sur ce point et j’attends impatiemment ton article à ce sujet.

Bonne journée

Répondre

Selma

Je crois qu’il y a d’autres manières, bien plus efficaces, de promouvoir son travail :-))
Merci pour ton témoignage, tu as bien fait de ne pas te laisser faire! (et j’adore tes attrape-rêves <3)

Répondre

Amélie - Suzie Pinson

Bonjour,
Merci pour cet article. Personnellement, tous mes modèles sont déposés le plus vite possible à l’INPI, mais vu le coût de l’enveloppe Soleau, effectivement, certains attendent pour sortir du placard!
J’avoue ne pas être d’accord avec tout! Comme Brigitte Montana (Whaou, d’ailleurs! J’adore!), je trouve qu’il faut mettre une certaine limite et se manifester quand il y a copie… Le rendre public, non, mais montrer qu’on est pas dupe, oui. Version mail bien senti de Dorothée! On ne peut tout de même pas encourager la copie…
J’avoue aussi ne pas comprendre complètement ton raisonnement de « si c’est moins cher, c’est pas grave ». On reste quand même dans un monde où tout le monde cherche à faire des économies. Et sur internet, c’est souvent difficile de percevoir la qualité.
Par ailleurs, je peux souvent remarquer que celles qui copient, et qui n’ont donc pas de qualité de créativité, ont par ailleurs la qualité de se vendre (qualité que, nous, les créatives, on doit souvent déterrer à coup de pelleteuse…!). En clair, moins cher, et plus communiquant, mais avec mes modèles, c’est moi qui suis perdante.
J’utilise la contremarque aussi. Absolument pas dans le but d’éviter la copie (franchement, qui ça va arrêter!) Mais uniquement pour une sorte de communication. Mes modèles trainent à droite à gauche sur pinterest et quelques autres blogs, les liens vers mon site sont parfois cassés, au moins c’est clair pour les gens qui cherchent. Utile ou pas, je n’ai pas de preuves, mais je sais que moi-même j’apprécie de pouvoir retrouver d’où vient une création.
Petit point soulevé par Dorothée, il faut absolument déposer son nom de marque, dès qu’on est sûr de ne pas en changer! ça a un coût, mais c’est déposé tellement vite que n’importe qui peut nous spolier de notre nom et donc de la notoriété qu’on s’est construite autour.

Répondre

Selma

Bonjour Amélir! Non non, il ne s’agit pas d’encourager la copie, mais de savoir quand même quand est-ce qu’il faut réagir et quand est-ce que ça ne sert à rien d’autre qu’à se tracasser.
Pour le raisonnement « le moins cher, c’est pas grave », je veux dire que ça ne peut pas durer, et que comme le montre un des commentaires ci-dessous, justement, ce n’est pas forcément le moins cher qui attire le client. Le fait-main, c’est du haut de gamme, pour une occasion, pour se faire plaisir, pour faire plaisir autour de soi, on ne cherche pas forcément les prix les plus bas : le luxe se porte très bien!

Répondre

Brigitte Montana

Merci pour le clin d’oeil Amélie :-)

Je suis tout à fait d’accord avec ta phrase :

« Par ailleurs, je peux souvent remarquer que celles qui copient, et qui n’ont donc pas de qualité de créativité, ont par ailleurs la qualité de se vendre (qualité que, nous, les créatives, on doit souvent déterrer à coup de pelleteuse…!). »

je l’ai moi-même effectivement constaté, alors que pour nous les créatrices ce qui importe avant tout, c’est… de créer… et c’est vrai que parfois on a bien du mal à « se vendre » (^__^). Il semble me souvenir d’ailleurs que Selma avait écrit un article à ce propos (si je ne me trompe pas) :-)

Répondre

Selma

Oui, j’en ai déjà parlé :-) Le sujet est vaste, je prépare une formation sur le sujet, je trouve que c’est tellement dommage de ne pas utiliser sa créativité pour la vente aussi! On en reparlera :-))

Répondre

Gaelle

Bonjour!
Je me permets une petite intervention qui ira
Un peu dans ton sens et un peu dans le sens contraire.
Je suis tout a fait d’accord avec toi sur le fait que
La meilleure défense réside dans la qualité du travail
Qu’on fournit et dans la capacité a innover. MAIS
Pour voir une amie se débattre je suis de moins en
Moins persuadée que l’INPI offre une solution réelle.
C’est bien d’avoir la preuve de ton dépôt mais
Quelle auto entrepreneuse ales moyens d’assigner
Quand on sait que la moindre démarche coûte 200 euros
Et une assignation 5000,00?
Ensuite pour l’avoir vécu je suis bien d’accord
Sur le principe de ne pas s’intéresser à la « copieuse »
Mais mon sens de la justice et l’idée que « non on ne
Peut pas faire tout et en toute impunité  » est importante pour moi.
Pourquoi ce serait plus grave lorsque c’est une grosse
Entreprise qui copie!? Tout cela n’est donc que lié
A l’argent?
Pour moi il s’agissait surtout de signifier a cette personne
Que j’avais pris connaissance de ses agissements et je lui ai simplement
Demander d’arrêter.
Je ne vis pas dans Disney mais je crois aussi a la
Maxime « qui ne dit mot consent ».
Et le temps, le cœur et l’énergie que je mets dans
Mes créations ne doivent pas être abimé par une personne
Sans scrupule et sans personnalité.
Enfin je ne peux pas entendre l’argument « et alors
Ça c’est toujours fait »…il y a d’autres aberrations
Qui ont perdurées jusqu’à ce que quelques personnes
Aient agit pour que ça cesse.
Quand a contacter les plateformes de ventes, pour ma part
Ça n’a servit a rien. Et enfin effectivement, il est inutile
De perdre de l’énergie à se faire justice soi même
Mais ce genre d’aventure atteints un peu et peu
Momentanément bousculer nos croyances en l’être
Humain. Et moi cette croyance est la base de mon travail.

Répondre

Selma

Et bien voilà un joli poème Gaelle, hé hé!
Je ne crois pas que faire justice soit-même soit un perte d’énergie, mais ça dépend de qui on a en face : je veux dire que si c’est une copieuse du dimanche, ça n’a pas grand intéret, elle n’ira pas loin. Bien sûr que si ça prend trop d’ampleur, on peut écrire. Et je ne crois pas qu’il s’agisse que d’argent. Il s’agit plutôt de savoir quand est-ce que ça en vaut la peine en terme d’argent + de temps + d’énergie + de sérénité :-)
J’ai une amie qui a trouvé une boutique copiant son travail…et le vendant plus cher qu’elle! Elle s’est adressée à la plate-forme, qui a réglé le problème :-)
A bientôt!

Répondre

Sandra

Merci Selma pour cet article, je vois que c’est une sujet très discuté!
Voici mon plus horrible exemple de contremarque: https://www.etsy.com/listing/158182061/the-beach-watercolor-clip-art-digital
C’est hideux, certainement pas vendeur, mais pour l’instant je n’ai rien trouvé d’autre pour protéger mes illustration. D’ailleurs, toutes les banques d’image le pratiquent pour éviter le vol. Je connais d’ailleurs le cas d’une artiste qui vend ses œuvres sur Etsy sans mettre de contremarque, et qui régulièrement se fait voler ses images. Un simple copié-collé de l’adresse d’une image dans la barre de recherche de Google Image lui permet de recenser les sites (marchands ou non) qui utilisent ses œuvres sans autorisation et bien sur sans payer de droits. Dans le cas d’un artiste visuel, c’est important d’agir car il y a un vrai manque à gagner. J’essaie de toujours mettre sur le web des images basse résolution, pas trop grande pour éviter une utilisation sur papier, mais seul une contremarque sur l’image peut empêcher une utilisation sur internet.

Répondre

Dorothée-Les Folles Marquises

En effet, il ne faut jamais mettre ses images en haute résolution sur internet, en plus, cela alourdit les pages et ralentit leur chargement.

Le filigrane ne protège pas toujours. J’ai vu une fois une broche dans la boutique d’une créatrice : une customisation d’un cabochon en résine (provenant de la boutique d’une autre créatrice sur la même plateforme, experte en vol d’images et parmi les meilleurs vendeuses de la plateforme… No comment.) sur lequel on voyait le filigrane de l’artiste d’origine en plein milieu de l’image. :D

Et sur la même plateforme, une autre vendait des cabochons en spécifiant bien dans sa description qu’elle avait passé du temps à chercher les images sur Google. LOL. Et mettait un énorme filigrane sur ses photos de cabochons. Mieux vaut en rire…

Répondre

Selma

Sandra, pour des images, c’est différent :-)

Répondre

Brigitte Montana

En fait, je crois que les créatrices sont très souvent blessées par la copie parce que chaque création / article créé sont des parts d’elles-mêmes… or les copieuses ne sont pas dans l’émotion, elles sont dans l’envie, la jalousie parfois et ont besoin apparemment d’une reconnaissance qu’elle n’ont pas ou qu’elles n’arrivent pas à acquérir…
C’est pour cela que la copie est un acte qui n’est pas aussi anodin qu’il n’y paraît et que lorsque l’on en fait les frais, c’est parfois ressenti avec pas mal de violence (d’où souvent des réactions assez vives qui peuvent paraître excessives mais qui ne sont que la traduction de blessures) ^^

Répondre

Selma

Je comprends bien Brigitte, c’est toujours blessant quand on prend les choses personnellement…et comme tu dis, la personne qui copie le fait pour des raisons qui la concernent. On choisit, ensuite, la manière dont on prend les choses, c’est notre grande force :-)

Répondre

Edith

Bonjour Selma,
Et lorsqu’il s’agit d’une vraie marque, quelle solution ?
Je m’explique.
En 2006, j’ai créé des produits destinés aux scrappeuses. Pour tester les ventes, nous les avons diffusés lors de « crops » (rassemblements de scrappeuses).
J’ai fait des cadeaux à la pelle, pour que les filles utilisent nos produits et en parlent sur leurs blogs (création de Design Team à l’appui).
Nous avions de tous petits moyens, et c’est encore pire aujourd’hui… notre but étant de proposer des produits de qualités moins chers, car français et non américains.
Et une charmante personne, qui a aujourd’hui pignon sur rue et dont la marque marche visiblement très bien, a lancé sa dite-marque en éditant des copies de ce que j’avais créé. Des copies flagrantes, mais elle devait avoir plus de moyens que nous, car il y avait le packaging qui faisait la différence, nous nous avions choisi d’éviter les fioritures qui augmentent sensiblement le prix des produits.
Nous continuons à vendre, mais au compte-gouttes, via un ebay et un site de vente privée, car nous n’avons pas de budget pour améliorer tout cela.
Mais les idées restent et resteront les miennes, malgré le manque d’honnêteté intellectuel de cette fille qui a été jusqu’à utiliser mon pseudo de scrappeuse pour nommer l’un de ses produits !!!
Lorsqu’on est à ce point malhonnête, même sous un bel emballage, on le reste.
Je continue donc à créer des produits qui continueront à se vendre au compte-gouttes, mais qui resteront toujours moins chers que les siens, même si nous ne gagnions quasiment rien en faisant cela.
C’est notre bébé, nous étions les premiers en France, et ça elle ne nous l’enlèvera jamais.

Répondre

Selma

C’est difficile de te répondre Edith, ne connaissant pas la situation, et ne connaissant pas le type de produits que tu fabriques.
Si ça marche pour elle, ça veut dire qu’il y a un marché pour ça, je te conseillerais donc de travailler à la promotion et à la mise en valeur de ton travail!
Quel intérêt as-tu à vendre au compte-goutte des produits pas chers alors qu’il y a clairement de la demande pour des produits similaires plus chers et mieux emballés?
Les emballages ne sont pas que des fioritures! Ils ont partie de la création, on adore acheter des jolies choses jusque dans le détail :-)
Bonne continuation!

Répondre

MelB

Ah Selma, encore une vérité qui tombe sous le sens!!! Je suis d’accord sur le fait qu’on a pas de temps à perdre ni d’énergie avec les copieurs un jour ou l’autre ils vont se lasser même si c’est méga frustrant de feindre l’ignorance, c’est le meilleur moyen…
Restons sur de nous, de notre travail, de nos créations….
Bises et bravo pour cet article
Mélanie

Répondre

Selma

Hé hé Mélanie :-) Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est quand même parfois plus épanouissant!
Merci pour ton passage ici! A Bientôt!

Répondre

kerrozenn

bonjour à tous,
le meilleur moyen de se proteger c’est effectivement de deposer ses modeles certes cela a un coût mais protege au niveau juridique merci pour cet article
et pour les bonnes conduites à tenir parfois le dialogue regle rapidement et calmement les choses bonne continuation à toutes
cdlt
rozen

Répondre

Selma

Oui, beaucoup de créatrices se plaignent de copie…mais ne déposent pas leurs modèles pour autant…donc les situations sont difficiles à régler :-))
Bonne continuation!

Répondre

Lara pour "J'en ai pas l'air"

Bonsoir à toutes,
Je n’ai jamais été copiée et j’espère que cela continuera longtemps, est-ce un gage de non talent ? certainement en partie pourquoi pas ^^ . Je marque mes photos depuis qu’une professionnel de la com me l’a conseillé, j’avoue que je n’y avais pas pensé auparavant.
Il est vrai que cela empêche les mises en avant et les éventuelles parutions dans les newsletters des plateformes de vente . Cela permet en revanche aux partages sur les réseaux sociaux beaucoup plus fréquents d’identifier ma marque qui n’est pas connue …
Je suis globalement d’accord avec ta vision des choses au sujet de la copie, je suis néanmoins moins certaine au sujet du risque de perte de crédibilité, je n’ai sincèrement pas assez de recul sur ce sujet pour contredire les différentes positions sur ce sujet .

Répondre

Selma

Lara, ça n’a rien à voir avec ton talent, c’est que ton travail est quand même super difficile à copier pour une amatrice! Faut déjà savoir broder en finesse :-)
Tu risquerais plus de te faire copier par une grande marque…et les contremarques sur les photos ne te seraient pas une grande protection.
Pour faire connaître son travail sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup, beaucoup plus payant que les contremarques!
Merci pour ton passage ici, à bientôt!

Répondre

Magalie

Bonjour Selma,
Merci pour l’article!! Je suis de celle qui pose une contremarque sur mes photos, et pour une raison toute simple. Les photos se partagent très rapidement sur le net, et je suis la 1ère à râler lorsque je vois une belle photo et qu’aucune source n’est mentionnée… pas moyen de retrouver l’auteur à moins de faire une recherche Google images, mais tout le monde n’est pas au fait de cette technique de recherches… Aussi je fais simple je dépose ma marque sur la photo…
Ca n’est pas très esthétique, même si je recherche quand même une jolie signature, mais c’est efficace…
Merci encore!
Amitiés
Magalie

Répondre

Magic-Jewels

Encore un bel article, Selma, bravo !

Ce qui est intéressant est que j’ai lu un article sur les copies, sur un site américain. La copie n’est pas qu’en France, elle est partout. Et là-bas, les créatrices se plaignent aussi du même fléau.

Toutefois l’auteur de l’article, elle-même créatrice victime de copies, proposait une autre solution : nous dépasser. Si on la copie, eh bien, elle fera en sorte d’améliorer son univers, ses techniques, de telle façon que ce ne sera plus possible de la copier avec facilité. Parce que le principe de la copie, c’est bien de pouvoir réaliser quelque chose facilement.

A titre personnel, je tente de mélanger plusieurs techniques pas forcément onéreuse mais qui requiert du temps pour les maitriser : le fil aluminium de temps à autre pour habiller une pierre ou finir des chainettes, le rivetage entre des éléments de bijoux qui rend possible ce que la colle ne permet pas, l’utilisation de poinçons pour une touche originale, etc. Je cherche à ajouter ce petit plus qui fait que je serais difficilement copiée. Actuellement je fais des essais de vitrails pour mes bijoux.

Comme on dit parfois, l’imitation est une forme de flatterie : soyez flattées et dépassez vous, allez plus loin, de telle sorte qu’on ne puisse plus vous rattraper.

Concernant les problèmes des marques qui copient des petits créateurs, sachant comme cela a été souligné plus haut qu’une action en justice est très onéreuse (et il faut avoir un avocat qui s’y connait), il n’y a pas malheureusement pas de solution miracle…

Répondre

Lara pour "J'en ai pas l'air"

A quoi penses-tu Selma d’efficace pour diffuser nos marques ?

Répondre

Selma

A des stratégies que je réserve à mes clientes, hi hiiii ;-)

Répondre

Reina

Coucou! J’aime beaucoup ton article, sa m’a rappeler de mauvais souvenir! Tour comme toi, je trouve vraiment sa écœurant, toute ces copies, et malheureusement elle ne finisse pas toute bien. J’ai moi même été victime de vol de créa, pas de marque ou de mode, mais plutôt de dessin, je sais, ça peut paraître anodin comme ça, un dessin, c’est rien! Sauf que sa a tourner vraiment très mal pour moi, j’ai même commencer une dépression… Heureusement sa s’est arranger, mais pour vous raconter, je n’avais jamais poster de dessin sur la toile, je travaillais seul, dans mon coin, et m’améliorai grâce au avis de mes ami(e)s et de ma famille. On m’a conseiller un jours de partager mon art, via deviantart! J’ai donc poster mon dessin favoris, je ne me doutais pas que 3 jours après seulement, je recevrais une vague d’insulte de + d’une centaine d’inconnu. Un artiste bien renommé sur le site avais pris mon dessin, il avait même fait une description avec une histoire et tout et tout! Et moi, petite nouvelle sur deviantart avec rien d’autre qu’un seul dessin sur ma page, de si bon niveau, j’ai bien sûr tout de suite été traité de voleuse. L’histoire est aller très loin, j’ai même été banni du site, je recevais des insultes tout les jours, via ma page fb, deviantart et toutes mes autres page, vu que j’y avait rentrer mon vrai nom, impossible de me cacher derrière un pseudonyme, trop tard! ça a durée plus d’un ans, et croyez le ou non, même après tout ce temps, je continuais de recevoir des insultes. J’ai complètement perdu goût au dessin, j’ai commencer a haïr le monde entier et a me renfermer, si je n’avais pas eu l’aide de mes amis je serais encore cacher dans mon trou aujourd’hui! Ma meilleur amie, outré, n’a pas lâcher le morceau et a finalement réussis a attirer l’attention d’un gérant du site, qui l’a écouter, et a qui elle a pu prouver, grâce a mon dessin original et au « step by step » que j’en avais fais, ainsi qu’avec d’autre de mes dessin ou on retrouvais clairement ma patte, a faire bannir ce monsieur! J’ai également reçu un tas d’excuse, et j’en reçois encore aujourd’hui, et par la même occasion, j’ai gagner beaucoup de fan! ^^ Comme quoi, il ne faut pas abandonner! Même quand on est un amateur !

Répondre

Selma

Merci pour ton témoignage :-) Effectivement, on pense rarement à cette situation-là : l’accusation à tort. D’ailleurs, même quand on pense être dans son bon droit, il est dans la plupart des cas très difficile d’être sûre à 100% qu’il s’agisse vraiment d’une copie…
J’espère que tu as repris le dessin! A bientôt!

Répondre

Morvana

Chouette article! J’étais justement sur le site Copyright France et je me tâtais avant de lancer mon dépôt payant et je me suis souvenu du sujet de ta dernière newsletter… Tu tombes à pic! Je vais plutôt me tourner vers l’INPI donc…
Tout à fait d’accord, les copies bas de gamme (même si c’est énervant sur le coup) j’essaie de me dire que c’est flatteur.
Et ça peut rendre parano! Si on y accorde trop d’importance, on finit par voir de la copie là où il n’y a que de la coïncidence. Parfois comment savoir s’il s’agit de copie, de hasard, de même inspiration…

Répondre

Selma

Bonjour Morvana, tiens c’est ce que j’étais en train de répondre au commentaire précédent : il est parfois difficile de savoir s’il s’agit vraiment de copie…ou de hasard. Alors dans la plupart des cas, ce n’est pas la peine de perdre du temps + de l’énergie avec ça. Mais pas dans tous les cas bien sûr!

Répondre

CréAzélie

Merci Selma pour cet excellent article.

Répondre

Les Broutilles de Made'Line

Ravie de lire ce joli article, merci Salma!
J’aurais tellement de choses à dire, mais aussi tellement personnel tant je suis touchée par ce petit fléau, que je ne peux le publier ici, mais merci beaucoup pour tes jolies conseils! ♥

Répondre

domi-haliotis

Super intéressant cet article ! Et les commentaires aussi !
Je n’ai jamais mis mon logo sur mes photos car comme tu le dis : en filigrane en plein milieu c’est ça gâche tout… et dans un coin c’est inutile c’est facile de le tamponner ou retailler la photo donc je ne l’ai jamais fait.
Par contre je n’avais jamais pensé à le mettre dans le coin pour plus de visibilité de ma boutique et là au fil des commentaires pendant un moment je me demande si je ne vais pas envisager la chose : un petit truc discret mais avec le nom de mon blog bien visible… me suis-je m’demandé… Mais ça ne sert à rien car si les gens tombent sur une de mas photos par hasard sur le net il leur suffit de cliquer dessus pour aller sur mon blog ou la boutique d’où elle vient , non ?

Bref,
je voudrais poser une question : pour protéger des créations comment peut-on faire dans le cas de créations uniques ? Je fais entre autres des bijoux à partir de végétaux et des macrocoquillages en fioles (dit comme ça , ça semble du déjà vu , mais pas de le façon dont je les traite). Apparemment c’est impossible à déposer car à cause des différences entre les végétaux (ou coquillages) il faudrait recommencer à chaque fois pour chaque objet même si le montage est le même …et dans ce cas je vous dis pas le prix de vente qu’il faudrait appliquer !!!!

Mais quelqu’un connaît il ce genre de situation ? Et je ne connais pas le fonctionnement de l’enveloppe , c’est peut être plus approprié pour ce que je fais ?

je ne crains pas particulièrement la copie…
- Les végétaux résinés : c’est tellement dur à faire que c’est plus simple de copier autre chose. Et si quelqu’un veut vraiment faire ça sérieusement il y mettra sa patte qui sera complètement diffrérente de la mienne.
- Et pour les coquillages : pas grand monde en a de si petits en grandes quantité
… mais je m’inquiète quand même et songe parfois au moyen de protéger.
merci encore pour cet article !

Répondre

Selma

Est-ce que tu as appelé l’Inpi pour savoir comment ça se passe dans ton cas en particulier?
Si non, je te conseille de le faire pour avoir la réponse à ta question.
Pour le fonctionnement de l’enveloppe Soleau, clique sur le lien dans l’article pour trouver le post où j’ai tout expliqué.
Ensuite, comme tu le dis toi-même, ta technique étant assez difficile à reproduire, elle te protège déjà pas mal. Mieux vaut te consacrer à apprendre comment mieux vendre ton travail! A bientôt!

Répondre

domi-haliotis

j’ai cliqué sur le lien, je crois que j’ai compris le système, Et j’ai aussi un peu débroussaillé le dépôt à l’INPI, c’est plus clair aussi maintenant pour moi.
Mais tu as raison , il faudra que le les appelle avant de me décider.
merci.

Répondre

Marion des Planchettes

Bonjour;
super article et commentaires très intéressants.
De mon côté, je me suis fait agresser par une fille (connue sur la toile) à propos d’un porte-monnaie que je présentais. Je précise que je ne vends rien sur mon blog. Elle a sorti le mélo. Je me suis sentie mal surtout que ses « copines » sont venues me houspiller… Je me balade sur la toile comme toutes, je me perds dans le dédale des blogs. D’habitude je note quand je reprends l’idée de quelqu’un mais là je ne me rappelais plus … Bref, j’ai réparé mon erreur et j’ai cité la dite personne mais tant d’agressivité pour rien. Je crois qu’elle aurait pu faire ça de manière plus sympathique. Surtout que je ne vendais pas ce petit truc ridicule.
Par la suite, elle a présenté une créa ressemblant à l’une des miennes (bien antérieure) … Que dire …
Bonne fin de semaine et bravo pour le travail!

Répondre

Marie-Anne

bonjour

que de choses sur la contrefaçon !
du coup je ne sais plus si je dois déclarer mes créations sur inpi ou sur copyright ? ou les 2?
Il me semble que j’avais vu il y a un quelque temps que tu vendais un ouvrage mais je ne retrouve plus l’article sur la création d’entreprise et la créativité ! me serais je trompée ?
merci pour tout le travail !

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: