La vision d’ALM

by Selma · 97 comments

Nicolas-dAudiffret-portraitA l’origine de l’échange d’aujourd’hui, l’article que j’ai écrit fin août 2012.

Je comparais les plates-formes pour la vente en ligne de créations, en mettant l’accent sur non par le coût mais la navigation et l’ergonomie des boutiques.

Je n’avais pas été satisfaite d’ALM, et je l’avais écrit.

J’ai été surprise de recevoir un mail de Nicolas D (parce que le trio de fondateurs comprend DEUX Nico : Nico D et Nico C).

Ce n’est pas le mail qui m’a surprise, mais son contenu :

  • Nicolas (D) m’a remerciée pour le temps passé à analyser leur plate-forme, et pour mes critiques. Elles ont presque toutes été prises en compte (sauf 2 points sur lesquels je reviendrai dans une 2ème analyse). Et à l’automne, il m’a recontactée pour me tenir au courant de la suite. D’autres modifications étaient prévues, et nous avons continué à échanger.
  • Donc je tiens déjà à lui tirer mon chapeau pour son sens de l’écoute. Ce n’est pas juste écrit dans l’onglet valeurs du site. Nous savons toutes que quand on crée, au bout d’un certain point, on a vraiment besoin de l’avis des autres pour avancer encore. Mais le faire vraiment, ce n’est pas facile. N’est-ce pas ?
  • En complément de cette série,  Nicolas a accepté de participer directement :

Alors bonjour et bienvenue Nicolas sur ApollinePoint !

Petit rappel

  • Cet article fait partie de la série sur les communautés créatives. Je ne présente donc pas ici les avantages et inconvénients de la vente sur ALM. Il s’agit de mieux comprendre les valeurs et les objectifs de la plate-forme ainsi que le fonctionnement de ses familles de créateurs (ceci dans l’article précédent).
  • Cela dit, la 2ème saison de « Vendre en ligne, mais où? » arrive cet été :-) Si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous en bas de l’article pour ne pas manquer la suite ;-)

Place, maintenant, aux explications et aux conseils de Nicolas (D)!

2013 a soif d’authenticité, le fait-main fait vendre. Et les âmes créatives ne savent pas à quelle plate-forme se vouer ! Qu’est-ce qui différencie la démarche d’ALM de celle des autres plates-formes de vente en ligne ?

  • Notre vision : contrairement à d’autres plateformes qui ont une vision globale et qui travaillent pour faire en sorte que tous les créateurs du monde (européens, américains, asiatiques…) se retrouvent sur un même site, notre vision est inverse. Si je caricaturais, je dirais que nous préférons que le consommateur français achète dans son village plutôt qu’aux Etats-Unis ou en Chine des créations faites-main (et vice-versa).
  • Entendons-nous bien, je trouve la vision globale très intéressante – elle répond aux besoins de nombreux consommateurs mais ce n’est pas la nôtre et c’est ce qu’il fait tout l’intérêt d’avoir plusieurs acteurs sur le marché qui proposent des visions différentes.
  • Si je devais décrire ALM en quelques mots, je dirais que c’est une entreprise qui est proche des gens, qui a soif d’apprendre et de progresser, qui prend des risques. Et qui fait donc des erreurs, donc mais qui innove. Et enfin, je pense que nous sommes un site plutôt convivial qui ne se prend pas trop au sérieux non plus. Bref, nous sommes un site humain!
  • Ces valeurs imprègnent depuis toutes nos décisions (recrutements, développements techniques, …) et notre comportement dans la vie de tous les jours. Je suis par exemple content que vous ayez pu vous rendre compte de notre sens de l’écoute.
  • Notre ambition, au-delà, de A Little Market est d’aider les petits commerçants/ artisans à développer leur activité sur des plateformes humaines : A Little Mercerie et A Little Epicerie, sans mélanger les créations avec les fournitures ou encore les produits d’occasion vintage.
  • Nous voulons aussi donner au consommateur une expérience du e-commerce beaucoup plus humaine que celle qu’il peut vivre aujourd’hui sur la plupart des sites de e-commerce. Nous allons innover en ce sens dans les mois qui viennent

 ALM change ces derniers mois : qu’avez-vous voulu améliorer ? Des projets pour la suite dont tu voudrais nous parler ?

  • Nous sommes un site qui essaye toujours d’innover et nous avons donc de nombreux projets à venir…
  • Je ne veux pas en dire trop car on aime bien faire des surprises et aussi parce qu’on réserve généralement la primeur de nos annonces à nos créateurs (qui sont d’ailleurs souvent à l’origine des améliorations et développements techniques que nous faisons!).
  • Je vous en dis quand même 2 mots : nous voulons simplifier l’utilisation du site, améliorer le niveau de service que nous fournissons à nos clients et à nos créateurs. Nous ne sommes pas au bout de ce processus et nous allons donc continuer dans cette direction.

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre » : voilà la phrase introduisant ta participation au Salon des Entrepreneurs 2014. Un conseil concret d’entrepreneur averti pour les entrepreneur(e)s du fait-main ? 

  • J’adore cette citation qui n’est malheureusement pas de moi…mais de Steve Jobs :-).
  • Lorsque j’ai quitté mon ancien job, de nombreuses personnes dans mon entourage se sont dit que j’étais un peu fou : j’avais un très bon salaire, une vie très confortable et en plus, je venais d’avoir mon premier enfant, ce qui rendait plus compliquée la prise de risques. Mais, je me suis dit exactement ce qui est dit dans cette citation et c’est ce qui m’a poussé à co-fonder ALM.
  • Alors, je terminerai avec 3 conseils :

1) Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre (bon, celui-là, il est facile – il est dans la question)

2) Avant de vous lancer, réfléchissez quand même bien à votre idée (Est-ce qu’il y a une demande ? Quelle est la concurrence ? Quels sont les investissements financiers nécessaires?) – N’hésitez pas à parler de votre projet un maximum autour de vous pour voir les réactions et si possible testez le en vrai. C’est pour ça d’ailleurs que nous n’avons pas voulu mettre de frais de mise en ligne sur ALM : nous ne voulons pas que ça freine des gens qui hésitent à se lancer !

3)  Entourez-vous des bonnes personnes (conseils, mentors, employés).

Et vous? Vous avez réfléchi aux valeurs de votre entreprise? Vous testez/avez testé vos idées?

Si vous avez une expérience d’acheteur ou de vendeur sur ALM / des suggestions / des questions : n’hésitez pas à les partager dans les commentaires!

Edit du 21/06 : J’ai été surprise par le tour + le contenu + le nombre de commentaires reçus pour l’article. Beaucoup de choses intéressantes ont été dites, beaucoup de questions ont été posées et d’avis donnés. Il y a des interprétations, des expériences, des avis différents, et je pense que chacun essaie de faire au mieux.  Concernant les interprétations des textes sur les statuts, et le débat pro/non pro  : comme vient de me le dire une juriste, en droit, il n’y a pas que la loi et la jurisprudence, il y a aussi la coutume et l’interprétation des tribunaux. Je choisis de fermer les commentaires sur le sujet, car à l’heure actuelle, la discussion tourne en rond. De mon côté, je réfléchis à tout ça, et quand j’aurai compris j’écrirai un article bien clair sur le sujet! Merci à toutes pour votre participation :-)

 

Pour recevoir la suite par mail :

et c’est GRATUIT!

jadecreat

Bonjour
Je suis vendeuse sur les plates-formes ALM et ALME.
Je témoigne aujourd’hui pour dire que je suis relativement contente de cette plate-forme, pour sa simplicité de gestion de mes boutiques, par le fait que l’on ne paie pas les mises en ventes, car j’ai beaucoup d’articles en vente et si je devais payer, chaque mise en ligne, cela alourdirait mes charges…
Pour comparer avec ETSY, j’ai mis des articles en ventes, mais la gestion de la boutique est beaucoup plus contraignante, au bout de 3 mois il faut remettre les articles en ligne et repayer les frais de mise en ligne, sur DAWANDA idem…Pour moi, cela rajoute plus de travail et nous coûte plus cher !!! Je passe plusieurs heures par jour à faire de la PUB pour mes boutiques sur les réseaux sociaux, ALM et ALME nous permet, à chaque mise en vente de de le faire sur divers réseaux (encore un gain de temps). Pour conclure, j’ai un avis très positif sur ALM, je persiste et signe avec l’équipe … Je rebondis sur le fait, que le site n’est pas élargi au monde, cela dit, a partir du moment, où nous faisons notre pub sur divers réseaux sociaux (avec le lien de nos boutiques), nous pouvons atteindre des clients du monde entier sur nos boutiques. Merci à toute l’équipe d’ALM et Merci Apolline de nous permettre d’échanger sur nos expériences et de tous tes conseils…

Selma

Bonjour! Alors par comparaison sur Etsy, les frais de mise en ligne sont de 20 centimes pour 4 mois je crois (indépendamment de la commission sur les ventes), je n’ai pas testé, mais est-ce que ça te revenait si cher? Si tu repasses par là, j’ai encore une question : est-ce que c’est efficace pour toi l’automatisation de tes publications sur les réseaux sociaux? Merci pour ton témoignage! ça te ramène des ventes? A bientôt!

Elowi

Hello ! =)
Je me permet de répondre ici car j’ai un peu le même avis que jadecreat sur les frais de mise en ligne. A mes débuts j’ai longtemps hésité sur une plateforme de vente, c’est d’ailleurs par des recherches que je suis tombé sur ce site =). Pour Etsy et Dawanda il est vrai que comme tu dis les frais de mise en ligne (ou de catégorie sur dawanda il me semble) ne sont pas très élevé, mais si on ne vend rien ? ça peut arriver, à nos débuts, je connais des créatrices d’ALM qui ont mis plus de 6 mois avant de faire leurs premières ventes et d’être vraiment lancée.
Donc d’un côté si ça revient un peu cher, pas énormément mais si on souhaite avec une boutique bien fournis mais qu’on ne fait pas de vente au début les frais ne sont en aucun cas amortis.
Bon après j’avoue ne plus trop bien me souvenir de tous les frais, mais au final je trouvais qu’ALM revenait le moins cher, et pour moi c’était plus une pateforme pour épauler ma page facebook et permettre d’autres modes de paiement à mes rares clientes ^^
A bientôt =)

malalie

Bonjour Selma,
comme toujours très intéressant cet article et d’autant plus que je suis inscrite sur ALM!
Pour ma part je suis inscrite depuis 2011, d’abord en tant qu’acheteuse puis en tant que créatrice depuis peu.
En 2011, je suivais déjà ce site de plus près puisque j’avais déjà le projet de « création » dans la tête. J’ai donc pas mal suivi le forum qui était une mine d’information et d’entraide entre les créateurs. « L’équipe » y participait beaucoup d’ailleurs.
2 ans après, bien sûr, tout a changé car les créateurs ont beaucoup augmenté et avec de nombreux « règlements de compte » entre particuliers/pros et revendeurs, copieurs, etc…
Le forum n’est plus une mine comme avant mais souvent un ring de boxe et même si l’équipe calme souvent le jeu, la limite à ne pas dépasser n’est jamais bien loin ;)
Par conséquent, j’étais convaincu à mes débuts de m’inscrire que sur cette plate forme car les ventes en France, une équipe à l’écoute, un forum, tout ça me motivait, hélas au vue du nombre d’inscrit, je suis bien comme les autres noyée dans la masse et je dois dire que participer au forum maintenant n’est plus très intéressant car on peut se retrouver dans une « bataille » sans le vouloir ou face à des ados qui « vendent » comme ça et ne parlons pas de celles qui demandent carrément « le mode d’emploi » pour refaire nos créations ;)
Voilà, je trouve que cette plate forme n’a peut-être pas su gérer son succès et est devenue comme beaucoup d’autres ouverte à tout le monde et donc autant aux « professionnelles » qu’aux passe-temps du mercredi ;)

malalie

je voulais juste rajouter que les outils mis à disposition sont par contre très bien: il est très facile d’insérer ses créations et de gérer sa boutique, seul bémol j’ai encore du mal à m’y retrouver dans les différents menus mais c’est parce qu’il y a beaucoup de possibilités qui s’offrent à nous ;)

Selma

Merci beaucoup pour ton témoignage Malalie!
Je comprends, aux messages que je reçois, qu’il semble y avoir eu des problèmes sur les forums, alors…
En tout cas c’est sûr que c’est dommage s’il y a de la vente par des ados et de la copie…
En même temps je me dis que c’est forcément le cas sur Internet, d’où l’importance de bien se démarquer et de bien construire sa marque. Ce qui n’empêche pas bien sûr, qu’une plate-forme gagne à être un gage de qualité :-)
Merci pour ton avis!

Caroline

Actuellement, une boutique sur alm mais je compte déménager vers Etsy. Plus professisonnel à mon sens, un design qui me convient davantage et possibilité de vendre, d’échanger à l’international, un plus considérable pour moi !! D’autre part, pour avoir flâner sur le forum d’alm, je trouve également, souvent, que les discussions ne sont pas très professionnelles. Caroline

Selma

Bonjour Caroline! Décidément, va falloir que j’aille faire un tour dans les forums :-)
Personnellement, je l’avais déjà écrit : le design d’etsy me plaît plus aussi, et j’aime bien le côté international. Après, ça reste intéressant d’avoir plusieurs alternatives quand même, et ne crois pas que les créatrices aux US ne se plaignent pas des mêmes problèmes avec Etsy (boutiques fermées etc).
merci! à bientôt!

Clémence

Une bonne initiative ce post !

Malheureusement, j’ai été déçue par ALM en tant qu’acheteur comme en tant que vendeur.

En tant que vendeur, l’équipe d’ALM souhaite être « proche » de nous, mais la seule fois où j’ai essayé de les contacter… je n’ai pas eu de réponse à mon mail. Dommage, car à côté de ça on reçoit de très bons conseils et je trouve le site bien fait !

En tant qu’acheteur, souvent les créations ne sont plus dispo, ou les vendeurs ne répondent pas. J’imagine que c’est la contrepartie de la mise en ligne gratuite mais c’est très décevant.

J’ai hâte de lire vos avis :)

Selma

Bonjour Clémence! Bon, mauvaise expérience alors :-) Moi je n’y ai pas eu de mauvaises expériences en tant qu’acheteuse, mais ça doit dépendre des boutiques…Pour le mail que tu as envoyé : tu l’as envoyé juste une fois? ou tu as relancé? Je ne dis pas ça pour ALM en particulier, mais les mails qui se perdent, ça arrive régulièrement (à moi sur yahoo en tout cas), et des fois j’oublie aussi de répondre car j’ai beaucoup de mails à envoyer! Ceci pour te conseiller simplement, à une autre occasion, de renvoyer un mail une semaine après quand tu n’as pas de réponse (ALM ou ailleurs!) Merci pour ton avis!

Clémence

Bonjour Selma,
J’ai effectivement envoyé le mail une seule fois, et j’ai fini par me débrouiller toute seule. Effectivement, il est tout à fait possible que le mail se soit « perdu ». Probablement un concours de circonstances fâcheux, au vu des bons avis que j’ai pu lire…

Selma

Bonjour Clémence :-) Je ne sais pas, mais en tout cas, ça peut arriver :-)

Jewel-Art

Bonjour,

Alors pour ma part, je suis et créative et cliente sur ALM et ALME !!!
J’en suis dans l’ensemble satisfaite !!!
J’ai lu beaucoup au sujet de la plateforme, j’ai aussi comparer Etsy, Dawanda et cie et sincèrement pas fan pour X raisons
J’ai lu beaucoup d’avis critique sur ALM, mais il ne me feront pas quitter le groupe
Certaines s’attardent sur des détails tel que l’ambiance sur le forum, j’ai envie de dire que personnellement les gamineries, ou X et Y se titillent en public c’est pas ma tasse de thé …
J’y viens pour exposer mes créations, et faire de bonnes affaires !! MISSION ACCOMPLIE pour l’équipe d’ALM

Alors oui, c’est un peu fouillis, des gens pas honnête, des boutiques laisser a l’abandon, pour certaines de la revente, mais luter contre tout ce monde serai à mon avis bien compliqué
Ceci dit, un système de deux groupes pourrait être créer, un pour les AE déclarer (pour y entrer un SIRET, facilement vérifiable sur internet) pour les particulier, libre entré
Ainsi je pense que moins de créatives serait noyées …

Il est vraiment difficile de se faire connaître de nos jours, la concurrence est rude, et nous sommes vite critiqué (« tes pas une créatives toi, tu ne fais qu’assembler » ahh oui ????) ALM nous permet de faire notre petit bout de route tranquillement sans ondes négatives de la part de certaines !!

ALM nous permet de vendre (pour celle qui n’ont pas le moyen d’avoir un site)
Les frais reste plutôt raisonnable, ce n’est pas un frein pour moi

Alors oui, il a des choses à revoir, mais avouons qu’il y aura toujours des insatisfaits :) qui trouveront toujours a redire !!!

Selma

Bonjour, et merci pour ton avis!
ça doit être compliqué de faire un groupe « AE » et un groupe « amateur » parce que légalement, déjà, il y a d’autres statuts possibles qu’AE quand on est pro, et puis ce n’est qu’un statut. Je veux dire que le numéro de SIRET n’entraîne pas forcément une attitude professionnelle: on peut se déclarer en 5 min, mais mettre en vente n’importe quoi…A l’inverse, on peut vendre en tant que particulier jusqu’à un certain montant, mais faire ça très bien : avec une belles boutiques, et de belles créations :-)
La réflexion est à poursuivre, donc :-)
Merci pour ton témoignage!

LuLu FActOrY

Bonjour,
Je me permets de rebondir, car de mémoire, dans le profil vendeur, il y a la possibilité de cocher particulier ou professionnel, et dans ce dernier cas d’indiquer le nr de siret.
Je pense que cela répond à la demande de Jewel-Art ?
Pour le reste, je m’en vais commenter un peu plus bas ;)
Carole

anna

Alors moi je suis sur alm comme vendeur, j’avais fait ce choix après avoir tenté de comparer les différentes plates formes( et d’ailleurs ton article m’avait beaucoup intéressé et c’est a ce moment que j’ai rencontré ton blog!) bref je trouve la gestion de la boutique facile, les conseils judicieux…après les ventes sont rares mais je sais aussi que je n’y consacre pas le temps que devrais…Les forums, j’y vais parfois, mais encore une fois par manque de temps pas tant que ça, j’y trouve quand même des choses intéressantes, même si clairement certaines discussions peuvent partir en vrille c’est vrai…aprés n’est ce pas le lot de tout forum ??

Bref pour moi bilan plutot positif, aprés je n’ai jamais testé les « concurrents »…
en ce qui concerne les achats, j’en ai surtout effectué sur alme, et j’ai toujours été satisfaite tant niveau tarif, que pour le reste…

Selma

Bonjour Anna :-) C’est bien ce que tu dis, par rapport au temps consacré à ces ventes je veux dire : c’est à chacune d’entre nous de nous en occuper, pas à la plate-forme, quelle qu’elle soit ;-)
Le forum, je ne sais pas, j’y ai donné des coups de main l’hiver dernier, mais ça fait un moment que je n’y suis pas retournée. Est-ce que les dérapages sont le lot de tout forum? Je ne crois pas. Disons que le risque concerne tous les forums/blogs/communautés, et il faut le gérer. J’essaie toujours de faire en sorte qu’ici les discussions soient intéressantes + constructives :-))
Merci pour ton bilan! A bientôt!

Elise Leezie

Selma si ici ça se passe bien c’est que tu es une personne hônnete, généreuse, et ça se sent, de plus les enjeux ne sont évidemment pas les mêmes (chez ALM et les autres, il y a de l’argent à faire!) donc personne n’a besoin ou envie d’émettre du négatif sur ton site .
Celles qui pensent qu’il faut passer outre le forum d’ALM, je suis d’accord, mais il s’y est passé des choses graves comme les fermetures de boutiques et le muselage des critiques et ça représente bien l’attitude des dirigeants; si certains n’ont retenu que ça c’est donc à cause de cette attitude « fachiste » (c’est un bien grand mot mais ça y ressemble, je dis ça je fais bien la différence avec les années 30 tout de même…) qui gâche tout le positif que l’on peut trouver sur cette plate-forme…

Selma

Bonjour Elise! Merci pour les compliments <3 !
Je précise quand même que malgré mes qualités que tu soulignes (hi hi :-)), ça n’empêche pas certaines personnes de penser du mal de mon site, je t’assure! Je crois que même quand on est fait les choses au mieux, il y a forcément des insatisfaits, des jaloux etc (je parle de moi là, je ne me permets pas de juger les avis sur ALM :-).
J’ai reçu des critiques, du négatif, mais je ne laisse pas ça déteindre sur le reste. Ce qui veut dire que parfois, je modère ou je ne laisse pas passer certains commentaires, j’oriente certaines discussions vers l’échange de mails : est-ce que c’est pour ça aussi que certaines discussions ont été supprimées dans les forums?
Pour ce qui est de l’argent à faire, ce qui me gêne c’est quand il y a exploitation. Quand c’est un échange respectueux, ça me semble bien. Par exemple, je prépare des ressources à vendre (dont j’ai déjà parlé), et je les mentionnerai sur le blog.
Donner une partie de ses ventes en échange d’une boutique en ligne, ça me semble correct aussi.
Après, j’ai du mal à comprendre ce qui se passe, l’attitude dictatoriale et les choses graves dont tu parles (dont vous parlez, en fait) sur ALM.
J’aimerais bien comprendre le fond du problème, mais quand on n’est pas dedans, ça n’est pas évident non plus!
Merci pour ton avis :-)

Elise Leezie

Bien sûr j’imagine que tu reçois du négatif aussi, il y aura toujours des mécontents quoiqu’il arrive…Il faut savoir le gérer et j’imagine que c’est difficile, mais comme tu dis ça ne déteint pas sur ton blog et c’est ça le principal. C’est toi qui mènes ton bateau après tout ! Ce qui est reproché à ALM c’est d’utiliser la langue de bois et d’être des petits « dictateurs », de justement laisser dire jusqu’aux gros dérapages pour pouvoir tranquillement virer les indésirables, tout simplement honteux… Bref moi j’ai choisi de voir ailleurs et de ne pas cautionner leurs actes… A bientôt ;)

Elo Style

Coucou Selma,

Je viens poster mon point de vue ;) Beaucoup de choses seront redondantes avec ce que j’ai pu lire ici et sur facebook, mais ça montre bien qu’il y a un problème.

Au début je me suis inscrite parce qu’une copine y avait sa boutique, et j’ai trouvé le concept vraiment sympa. Un vrai tremplin quand on débute avec des touts petits moyens.
J’ai essayé de suivre au maximum les conseils. Sauf ceux avec lesquelles je ne suis pas en accord, comme les frais de port gratuit pour toute commande sans minimum d’achat. Il faudrait dans ce cas les répercuter sur les prix pour ne pas perdre d’argent mais dans ce cas cela reviendrait à compter les frais de port plusieurs fois pour un client qui prend plusieurs articles, ou alors à perdre de l’argent si un client ne prend qu’un article. (je suis claire? :P ). La répercution des frais de port sur les prix reviendrait aussi à avoir des prix pour la vente en directe et des prix pour la vente sur ALM … je crois que chacune à assez de travail comme ça.

Je suis aussi déçu de ne plus avoir accès aussi facilement qu’avant aux évènements de ma région, quand on débute c’est bien pratique ;) C’est un détail.

Ensuite il y a le problème des mises en avant, ça devrait tourner davantage parce qu’on est vraiment nombreux, les petits créateurs sont vraiment une goutte dans l’océan. J’ai reçu récemment l’annonce du nouveau fonctionnement des mises en avant, et à mon sens c’est une joli façon d’annoncer que les petits créateurs qui ont peu de vente vont être encore plus poussé au fond des tiroirs, pour laisser la place à ceux qui sont déjà dans la lumière.
De plus pour être vu un minimum il faut mettre des nouveautés constamment, mais si on ne vend pas on ne peux pas créer à l’infini.

Maintenant parlons de la « communauté ALM », qui est à mes yeux le réel problème.
Le forum m’a fait fuir, voir toujours les mêmes se crêper le chignon ne m’a vraiment pas donner envie. Et la course aux « j’aime » sur facebook fait que les info intéressantes (quand il y en a) disparaissent rapidement des les méandres des post du forum.
Toutes ces petites guerres issues de jalousies non fondés nuisent fortement à l’image d’ALM, sans cette communauté ALM perd de son humanité.
Je ne comprend pas cette concurrence, chaque créatrice est différente … tu nous le répète assez souvent Selma ;) … alors l’entraide vaut mieux que toutes ces chamailleries. Nous sommes dans une situation économique compliquée, où les petits artisans sont en danger, il est donc fondamental de se serrer les coudes.

Pour terminer, un sujet sensible. Je ne veux pas jeter la pierre aux créatrices « amatrices » mais le fais de réunir pro et particulier sur un même site peut être défavorable pour celles qui ont des charges à payer, et qui les répercutent évidement sur leurs prix.
Alors à ce jour, je pense qu’ALM est une bonne solution pour nous aider à débuter, mais lorsqu’on se déclare il faut penser à avoir son propre nom de domaine et sa propre boutique en ligne.

Tu vas avoir de la lecture ;)
A bientôt.

Selma

Bonjour Elodie, wow, merci pour toutes ces explications!
En vrac : oui, avoir son propre nom de domaine et sa propre boutique est une étape nécessaire. Mais pas forcément inconciliable avec une boutique sur plate-forme: j’y reviens cet été.
Le sujet des prix c’est pareil, je comprends tout à fait ce que tu veux dire, mais je ne vois pas vraiment l’inconvénient au même endroit : oui,c’est un problème, mais je le vois différemment, et c’est aussi un sujet que j’ai envie de longuement traiter ;-)
Pour les frais de port : faudra que j’en parle aussi! Je comprends très bien ce que tu veux dire, quoique mon avis soit différent du tien : par exemple, tu penses qu’il faudrait du coup avoir des prix différents pour la vente directe (inférieurs, donc, si j’ai bien compris). Mais la vente directe a un autre coût que le port : la présence, il faut donc bien se rémunérer aussi :-)
Ces sujets sont vastes, j’écrirai en long et en large comment je vois les choses ;-)
Comme je l’ai déjà répondu plus haut : je n’étais pas au courant des tensions dans les forums, mais c’est sûr qu’un forum est précieux, et que l’entraide est indispensable :-)
Merci beaucoup pour ton passage ici!

Mam'Zelle BrikABrok

Bonjour !
J’ai une boutique sur ALM depuis fin 2010. A cette « époque » (on dirait une mémé qui parle :D), il n’y avait pas trop de monde, mais c’est vrai que maintenant, il y a un peu de « tout ». Après, il est clair que ça doit être difficile à gérer. Mais les vendeurs pros devraient être indiqués clairement, car les personnes qui vendent des créations sans être déclarées nous sont un peu préjudiciables parfois. Il devrait y avoir un montant maximum à ne pas dépasser, sans quoi ils devront passer en statut pro, ou bien une limitation dans le temps. Je ne sais pas, c’est à étudier. Mais la personne qui ne paie pas de taxe va forcément pouvoir vendre moins cher que nous…
Enfin, pas évident tout ça. Moi même j’ai testé la plateforme et la vente de mes articles en tant que particulier avant de me lancer en pro. Mais il faut que ce ne soit que pendant une période à mon avis.
Sinon, je trouve la plateforme assez sympa, c’est très simple à gérer, et c’est pourquoi j’y suis toujours depuis presque 3 ans.
La mise en ligne gratuite est appréciable, et le fait de ne pas devoir rééditer les fiches articles me sauve, car ça doit être une gestion un peu pénible ça.
Et l’équipe répond quasiment toujours aux mails et rapidement, je trouve ça agréable !
Concernant les forums, j’y vais peu, je mène ma petite vie créative loin des commérages et des règlements de compte, c’est bon pour mon moral ;)
Bonne soirée !

Selma

Bonjour « mamzelle brikabrok » et merci beaucoup pour ton témoignage :-)
Comme tu dis, ce n’est pas facile de gérer une grosse communauté. ton idée de limiter dans le temps est intéressante, mais je crois bien que légalement, en deça d’une certaine somme, on peut continuer à vendre en tant que particulier. Et surtout, comme je le répondais plus haut, déclarer son activité n’est pas non plus un gage de sérieux : je peux très bien vendre à perte si je suis dans le loisir créatif et pas dans l’entreprenariat, du moment que j’ai des revenus qui me permettent de vivre à côté. Ce n’est pas le numéro de siret qui change l’attitude…donc on n’a pas encore de solution!!!
Merci pour ton avis! A bientôt!

Mam'Zelle BrikABrok

Oui en effet, mais je ne sais même pas quel est ce plafond, c’est un peu flou. Sur ALM ils parlent juste que si les revenus deviennent réguliers, il faut déclarer…
Enfin, c’est un secteur en effet où il y aura toujours la « bricoleuse « du dimanche (ce n’est pas péjoratif, c’est très bien de bricoler le dimanche ;)) pour qui c’est un loisir, mais qui nous pénalise. Je ne sais pas si on pourra y faire quelque chose. Après je me dis que les clients voient tout de même le sérieux et la qualité en boutique !
Bonne journée Selma !
Delphine

Selma

Bonjour Delphine, oui, comme tu dis, il y a toujours (et c’est très bien) la « bricoleuse du dimanche ». Je te rejoins complètement quand tu dis que les clients voient tout de même le sérieux et la qualité d’une boutique :-) Après l’embêtant, c’est quand des pros sont noyés au milieu de bricoleuses du dimanche (même très sympathiques) et/ou que la qualité (entre autres…) n’est pas au RV…ce n’est pas une mince affaire! Bonne journée :-)

Mam'Zelle BrikABrok

Il faudrait qu’ils ajoutent un onglet « Bricoleuses du dimanche » sur le site, ahahahah ! :D
Comme tu dis, ce n’est pas une mince affaire, mais à part créer une plateforme réservée aux pros, je ne vois pas comment on pourrait enrayer ce problème. Ce qui est contraire à l’idée de se lancer en particulier pour tester ses créations, et contraire à l’idée même du site ! Donc ça ne va, ce ne serait pas une solution. Par conséquent… je ne vois pas !
Bonne journée Selma !
Delphine

Mam'Zelle BrikABrok

Et je voulais juste rajouter que je suis aussi cliente ALM et ALME, et je n’ai jamais été déçue ! :)

Selma

Moi non plus :-))

Nina Chardon

Désolée de venir casser l’ambiance: je remercie ALM pour tout le chemin que j’ai parcouru grâce à eux. Cependant, j’ai quitté ce site il y a quelques mois car les valeurs qui sont les leurs ne sont pas respectées. Laisser les revendeurs prospérer alors que l’on nous demande de les signaler à grand renfort de preuves; Encourager le travail non déclaré (« particulier » comme on aime dire) et refuser de distinguer les pros des non-pros par un logo; Laisser en ligne des boutiques avec 50% d’évals négatives car les produits viennent de Chine et ne sont jamais semblables à celui de la photo… Tout cela ce sont des mensonges aux clients et en restant sur ce site, j’aurais cautionné ça, ce que je refuse. Nous (les anciennes de ce site, celles qui le connaissent depuis ses débuts et l’ont vu grandir) avons soutenu ce site et ses trois cofondateurs pendant très longtemps, puis nous avons senti la pente dangereuse sur laquelle ALM glissait et nous avons alerté maintes et maintes fois le staff, en vain…

Selma

Mais non Caroline, tu ne casses pas l’ambiance :-) c’est important de dire ce qu’on pense.
Un particulier a le droit de vendre du moment qu’il déclare ensuite ça aux impôts dans ses revenus (jusqu’à un certain montant). Pourquoi tu parles d’encourager le travail non déclaré? (j’aimerais vraiment comprendre!)
Ensuite distinguer pro et non pros par un logo : je crois que le problème est plus grand qu’un logo si je puis dire. Comme j’expliquais dans un autre commentaire : SIRET et logo sont faciles à obtenir, l’attitude professionnelle beaucoup moins :-)
Qu’est-ce que c’est que ces « boutiques chinoises »? Tu parles de « créations » ou de fournitures? Je veux bien que tu m’envoies des liens par mail que j’aille voir ça :-)
Merci pour ton témoignage, et n’hésite pas à m’en dire plus par mail ok?
A bientôt

Nina Chardon

Justement, en quoi une distinction Pro/non Pro dérangerait elle, si elle ne mettait pas en danger les « amateurs » qui ne déclarent pas leurs revenus… Comprends tu ce que je veux dire?
Les pros ont des obligations envers le client, ils doivent donner leurs coordonnées dans leurs CGV, le client mécontent à juste titre peut se retourner contre le vendeur par voie légale, etc…
Et moi, en tant qu’acheteuse, je n’achetais qu’avec mon compte pro, donc besoin d’une facture et seul un pro peut m’en faire une, mais comment savoir si le vendeur est pro???
J’ai quitté ALM depuis 4 mois donc je n’ai plus grand chose sous la main à te montrer, j’espère qu’en quatre mois les boutiques que j’avais signalé ont été nettoyées… Dès que j’ai le temps j’irai fouiller un peu pour te montrer des choses, notamment les vidéos sur youtube des petites vendeuses de 13 ans qui sont sur ALM…

Selma

Je vois ce que tu veux dire, mais je ne crois pas que ça mettrait en danger les amateurs, sauf s’il y a une très forte proportion de moins de 18 ans.
Donc pour résumer, je ne pense pas que la distinction dérangerait, je pense que ça ne résoudrait pas les problèmes.
Et que les solutions seront plus complexes à mettre en place.
On voit d’ailleurs en ligne un tas de pros qui, parfois sans même le savoir, ne respectent pas leurs obligations (coordonnées etc…)
Quand tu auras le temps, je veux bien les liens dont tu parles :-)

Les colporteurs de Couleurs

BOnjour,
Je suis sur Alm depuis le début (j’ai du m’inscrire 3 ou 4 mois après sa création) et j’ai comme Nina vu le site grandir grâce au travail de l’équipe mais aussi au notre. On nous a demandé de nous investir ce que nous avons fait sûrement au delà du raisonnable (nous avons aussi notre part de responsabilité car après tout nous n’avions qu’à pas le faire) car nous pensions qu’ALm véhiculer nos valeurs.
Hors quelle déception aujourd’hui de ne plus être écouter et d’entendre les gens autours de nous nous dire qu’ALM est devenu un fourre tout avec énormément de loisirs créatif et de revente. QU’il n’y a plus de vrai créateurs ou alors qu’on ne les voit pas….Bref aujourd’hui j’évite de dire que je suis sur ALM et surtout je n’incite plus aucun créateurs à venir …
POurtant c’est vrai que la mise en ligne est de loin la plus simple de toutes les plateformes que je connais…
POur ce qui est de la vente des particuliers ils ont certes les droit de vendre des affaires d’occasion mais certainement pas d’ouvrir une boutique de création qui est considérée comme un acte de commerce…d’où la limitation à 2 brocante par an.. mais c’est un autre débat.

Les colporteurs de Couleurs

Mince je me suis connecté sous les Colporteurs qui est la partie animation médiévale de mon activité.
Sur ALm ma boutique c’est Feemains.

Emma Coutancier

Bonjour Selma,

je relève ça : « Un particulier a le droit de vendre du moment qu’il déclare ensuite ça aux impôts dans ses revenus (jusqu’à un certain montant) ». C’est faux. Légalement, acheter pour revendre, ou fabriquer pour revendre, c’est être professionnel. De plus, il n’y a pas que les impots (statut fiscal), il y a aussi l’urssaf (statut social). Pour être dans la légalité, Dès qu’on vend régulièrement, même peu, on doit avoir un fiscal et social, donc être déclaré pro (AE, prof libérale, entreprise individuelle…)

Selma

Bonjour! Alors acheter pour revendre, oui. Mais si on met en ligne et qu’on ne vend pas régulièrement justement?

Emma Coutancier

Un commerçant qui ne vend presque rien est toujours un commerçant, et paie ses charges, ses employés, son local… Si on met en ligne, c’est dans l’idée de vendre, donc on doit être déclaré.
Le reste, c’est le commerce, et c’est fluctuant, malheureusement…

Elise Leezie

Déçue d’ALM, j’ai également quitté la plate-forme. Fermer des boutiques sans préavis d’un clic de souris pour avoir dénoncé les problèmes qui le gangrènent depuis quelques années, une méthode pas si sympathique que l’image donnée par les dirigeants…
Peu à peu je m’intéresse à Etsy qui me semble largement au-dessus tant au niveau créatif que communautaire avec des discussions de forum qui ne tournent pas qu’autour de « mon premier bracelet shamballa » ou « aimez-moi sur FB  » et qui apportent de vraies réponses techniques et créatives (faut savoir parler un peu anglais aussi c’est vrai)… même si un site ne doit pas être créatif que par son forum, cela peut refléter son image générale.

Selma

Re-bonjours Elise :-))
c’est très intéressant ce que tu dis.
Bon, je répète que j’ai du mal à comprendre le fond du problème, n’ayant pas suivi l’historique des problèmes et boutiques fermées sur ALM.
D’une manière générale cependant, c’est une situation qui arrive sur toutes les plates-formes : Etsy compris, au grand désespoir de certaines créatrices outre-atlantique (du jour au lendemain, sans s’y attendre et sans « pb de forum » avant).
Après c’est sûr que l’image dégagée par le forum d’Etsy est plus pro, ce qui peut s’expliquer par 1/ une vraie éducation des vendeurs derrière 2/ la mentalité américaine, qui est très pro.
Je réfléchis à tout ça :-)
A bientôt!

Sophie

je vends sur ALM et j’achète aussi des créations coups de cœur régulièrement. J’y suis depuis 2009!
J’ai failli quitter la plateforme surtout à cause de « créatrices » version amateur qui cassent les prix et font de la concurrence déloyale à celles qui sont déclarées et payent leurs charges…
Mais je suis restée car l’équipe d’ALM fait un boulot de fou en coulisses, c’est une équipe qui se bouge vraiment et fait tout pour permettre aux gens d’avancer (c’est aussi avec les ventes qu’ils gagnent leur vie), bref, c’est du donnant, donnant!

Selma

Bonjour Sophie, merci beaucoup pour ton avis sur tout ça!

Mamie Ben

2 boutiques sur Incubart,
une « vitrine » sur ALM et une « fils issus de la récup » sur ALME…
Cette plateforme est, indubitablement, ce qu’ il y a de plus simple et de plus efficace pour une nouille en informatique et en anglais comme moi…
En outre, il fut un temps ou l’ équipe dirigeante a vraiment été avant gardiste en installant des moyens de payement et de livraison innovants et efficaces.
Maintenant, le gros problême, à mon avis, de cette plateforme, c’ est « l’ esprit » que l’ équipe persiste à maintenir :
« ouverte à tous sans conditions »
Du coté ALM le nombre de « créateurs/artisans professionnels » est réduite à une trentaine% de la masse total des vendeurs de tout bord et de tout poil, sans aucun contrôle ni filtrage , ni respect ni … rien.
Du coté ALME, coté purement commercial de revente de toutes sortes d’ articles pour créations ( les boutiques qui « créent et fabriquent » des articles pour créations restent du coté ALM ou la com n’est que de 5%, contre 10% sur ALME)…
Des boutiques sont ouvertes depuis 1,2,3 ans avec des ventes constantes et réaprovisionnement consequant, et TOUJOURS NON DECLAREES… avec tout ce que cela comporte de concurrence plus que déloyale pour les boutiques déclarées ( pourcentage 40% pros contre 60% non déclarés)… et je parle pas de travail au noir…
à coté de ça, on refuse aux pros d’ afficher leurs statut sous l’ avatar ( comme c’ était fait au début), mais on incite les non déclarés à pratiquer les fdp gratuits avec la possibilité d’ inscrire sur la boutique que c’ est un « avantage client »… comme d’ ailleurs pour le « satisfait ou remboursé » … qui est JUSTE UN DROIT CLIENT dans les boutiques pros.
Si, sur le forum (puisque c’ est le seul endroit ou on peut s’ échanger des points de vue) quelqun en parle un peu trop de ce sujet là, il voit ses posts suprimés ou, carrément, être « interdit de fofo » ( punis comme les enfants… vite au coin).
Pour en finir avec le coté « sombre » de cette plateforme:
Il est évident qu’ il devient pratiquement impossible d’ y faire un « ménage » quelconque, au vu du nombre exponentiel des boutiques .
Mais, à une sugestion des déléguées de ALME demandant un controle à l’ inscription… + ou – comme ceci :
-Je suis PRO, j’ ai mon n° de Siret = j’ ouvre la boutique et je vis ma vie.
-J’ a envie de me lancer, je voudrait faire un test … 3 à 6 mois avec un « parrainage » ALME et des ventes dans les conditions (prix) des pros et ensuite bilan : soit c’ est viable et on devient pro, soit c’ est pas viable, et on s’ arrête.
-Suite à mes propres créations, j’ ai quelques lots de produits non utilisés, j’ ouvre une boutique EPHEMERE pour cette vente OCCASIONNELLE…
C’ est chouette comme programme ?
Et bien, nous avons eu une fn de non recevoir.
Je vais finir sur la note qui me fait bondir :
L’ inéquation entre la réalité du contenu de la plateforme et les réponses que les dirigeants réservent à nos questionements,
Et le discours publique… les voir s’ ériger en « chantres » de la défense des AE me laisse pantoise… au vu des dificultées auquelles sont confrontés les AE ayant boutique sur le site .
Désolée pour le pavé…

Selma

Hi hi! Pas de problème pour le pavé, tu as de la concurrence ici avec les longs commentaires :-)
Je retiens principalement un souci que vous signalez toutes ici : la trop grosse part d’amateurs sur la plate-forme (et leurs prix), le tout nuisant aux pros.
Après honnêtement, je trouve aussi votre proposition très intéressante, mais difficile à mettre en place. Déjà parce que en France, on a le droit de vendre en tant que particulier jusqu’à un certain montant, sans limitation dans le temps.
Et surtout, parce que, comme je l’ai déjà écrit plus haut : je ne crois pas que ça résoudrait le problème. Obtenir un numéro de SIRET, ça prend 5 minutes. Et une fois qu’on en a un, on peut continuer comme avant. Etre pro, c’est surtout une attitude, des compétences, donc le problème est assez épineux :-)
Concernant la vente de ses propres fins de série par exemple : as-tu vu la semaine dernière l’article sur le vide-atelier des créatives? c’est tout neuf, et je crois bien que c’est ce que tu cherches.
Pour le dernier point, je ne sais pas. Je pars en général du principe que chacun fait au mieux, et qu’on a quand même beaucoup de mal à se comprendre. Il me semble donc qu’il y a surtout un méga problème de communication/compréhension entre l’équipe et la communauté (ou une partie de la communauté). Bien sûr, je peux me tromper :-) Et je n’ai pas fini d’y réfléchir!
Merci pour ton témoignage!

Nina Chardon

je te cite Selma: «  »Déjà parce que en France, on a le droit de vendre en tant que particulier jusqu’à un certain montant, sans limitation dans le temps. «  »
Peux tu nous donner tes sources, des preuves, des textes de loi? merci…

Selma

J’y travaille. Un article viendra, le sujet est complexe :-)

Isabelle

A plusieurs reprise, il est fait mention « du droit de vendre jusqu’à un certain montant ». C’est une affirmation inexacte, car les textes parlent « de ventes occasionnelles d’objets personnels et usagés ». Ce qui, par définition, ne s’applique pas à un site de vente comme ALM, puisqu’il s’agit, en théorie, de créations et donc d’objets neufs.

Selma

Isabelle, je suis en train de faire des recherches. Si tu as des textes sous la main, n’hésite pas à m’envoyer les références. Merci!

sylvie

C’est faux!!! La vente par les particuliers est proscrite, pas de désinformation, s’il vous plaît! Salariée du service public de l’emploi (en plus de mon activité créative DECLAREE), je constate tous les jours les ravages de cette désinformation! Mon amie qui travaille au RSI voit également tous les jours des personnes se faire épingler. Aiderez-vous les personnes considérées comme fraudeuses à payer indus, amendes et autre trop-perçus causés par cette désinformation??? Petit lien court mais efficace : http://www.flanerbouger.fr/legislation/entreprendre.php

Selma

Bonjour Sylvie! De mon côté, je parle ici aux « pros », donc à la base, déclarés. Je ne connais donc pas la situation des particuliers + amateurs, et j’essaie d’y voir clair, loin de moi l’idée de « désinformer » qui que ce soit :-) Le lien est intéressant, mais il n’est pas officiel : as-tu une source légale sous la main?

Isabelle

Il y a la façade, tout-le-monde-il-est-beau, et il y a l’arrière cour :-)
* Les revendeurs prolifèrent tranquillement ;
* Les particuliers représentent plus de 75 % des vendeurs, au mépris total de la loi, car cette fameuse tolérance dont il est fait mention plus haut n’existe plus. ALM encourage ce qui est du véritable travail dissimulé à coup d’articles de lois tronqués. Et qui va écoper quand l’URSSAF et consorts viendront mettre leur nez là-dedans ? ;
* Quelques créatrices ont tentés de se faire entendre : elles ont été muselées, leur boutique liquidée du jour au lendemain, et ce au mépris de leurs propres CGU ;
* Les posts sont censurés de façon arbitraire ;
* Les marques sont allègrement utilisées (sans licence, puisque ce sont des particuliers). Quelques coups d’épées dans l’eau quand les avocats desdites marques interviennent, mais ça ne va pas très loin : il est conseillé de ne plus utilisé le mot qui fâche… mais la créa, elle, elle reste (ex : Haribo devient Harry Beau, et le tour est joué)
* Et tellement d’autres choses à dire…
Oui, ALM est un site très bien conçu techniquement, mais il a perdu toutes ses valeurs initiales, il a perdu toute crédibilité. Ce n’est plus qu’une vaste plateforme de vente, qui n’a rien à envier à E-Bay.

lara

Bonjour Selma et bonjour à toutes,

Je souhaite intervenir juste sur cette nébuleuse qui concerne la vente d’objets fabriqués par soi-même, que ce soit sur une plate-forme (quelle soit-elle) ou même sur les marchés.

Le soucis majeur et je pense que tu t’en rendras compte en faisant des recherches c’est que les choses ne sont pas suffisamment claires à ce sujet d’un point de vue légal (un comble quand même !).

En effet, nous professionnels, nous faisons vraiment faire la « leçon » par nos comptables, nos chambres des métiers régionales, boutique de gestion,couveuses, coopératives d’emploi sur le « travail dissimulé ».

Il nous est clairement spécifié par ces interlocuteurs que la confection d’un objet dans le but de le vendre constitue sans déclaration préalable, du travail dissimulé,dès le premier objet mis en vente. (l’acte de commerce est lui en revanche clairement réglementé on ne peut vendre sans être au préalable déclaré).
Les différentes personnes aux services des impôts ont des avis parfois complètement contradictoires à ce sujet. (encore des interlocuteurs en direct). Certains parlent de 2 ventes autorisées par an d’objets nous ayant appartenu (vide grenier) sans autorisation préalable. Mais très peu (en fait, je n’ai jamais réussi perso à avoir de réponse ni en vrai ni au téléphone) ne connaissent ce plafond « autorisé » dont tout le monde parle… Ça laisse songeur tout de même.

Alors on a cette version d’un côté et une autre de l’autre l’une dispensé par les professionnels de la création de l’entreprise et l’autre par une Plateforme qui prônait le droit à la création et vente d’objet sur sa propre plateforme sans déclaration préalable (et je vous assure que les comptables des TPE n’aiment pas du tout les plateformes qui permettent d’exercer selon eux « une activité professionnelle dissimulée » et de permettre d’intégrer une concurrence déloyale) .
Mais ce débat existe aussi entre AE et certaines chambre des métiers …

Donc ce n’est pas simple car le cadre ne l’est pas vraiment non plus, il permet alors pas mal d’interprétations, parfois contradictoires et souvent houleuses notamment sur le forum d’ALM.

A mon sens pour qu’ALM poursuivre dans cette voie qu’il revendique « d’aide aux créateurs en voie de professionnalisation », il faudrait qu’il tisse des liens avec les structures régionales d’aide à la création d’entreprise. Mais pour cela, il faudrait un discours unique et malheureusement, je ne suis pas certaine que ce consensus serait en faveur des objectifs de l’entreprise d’incubart.

Le forum peut être un lieu d’entraide mais aussi de véritables désinformations. C’est risqué sur certaines questions si l’on tient vraiment à professionnaliser sa démarche .

Voilà, rien n’est simple et moi aussi j’ai ajouté un pavé;-)

Selma

Merci pour ce pavé Lara :-))
Tu as très bien dit les choses : le cadre lui-même est flou, et il est difficile d’y voir clair. Je trouve aussi des informations contradictoires, je n’ai pas fini de chercher :-)
Le reste de tes suggestions sont très intéressantes aussi!
La réflexion continue :-)
A bientôt!

Estelle

Bonjour,
ça fait 2ans et demi que je vends sur alm,j’ai abandonné définitivement le forum : puisqu’il est censuré,il n’est pas constructif !! la façon de mettre en vente est simple et rapide, je vends régulièrement, je suis pro, donc rien à reprocher de ce côté là . Mais comme beaucoup d’autres (pas assez peut-être pour faire changer les choses),je ne suis plus dupe sur les enjeux de la plateforme. Se faire du fric un max, calmer (ou virer) les mécontents et continuer sur sa voie … grossir la plateforme pour remplir les caisses, tant pis s’il y a fraude (utilisation de licences), revente ou extorsion… Dommage, car c’était une bonne idée de base cette plateforme . Pour info, à partir du moment où une boutique est ouverte sur le net,cela signifie que l’on veut vendre régulièrement (et donc avoir des revenus réguliers) et donc cela est considéré comme une activité commerciale, le truc du montant maximum de vente ou de durée est caduc ……..  » Créer une boutique en ligne s’apparente à ouvrir un commerce de vente à distance (VAD). Vous devez respecter les lois liées à la vente par correspondance, avec en plus les lois concernant les sites Internet. A cela, il faut ajouter vos obligations vis-à-vis de la chambre du commerce et des impôts.

Nul n’est sensé ignorer la loi. « 

Selma

Bonjour Estelle! Merci pour les précisions :-) Tu as des textes, des références à m’envoyer que je creuse le sujet?

Sur le fait de remplir les caisses : ça devrait profiter aux créatrices aussi, puisque les caisses sont remplies avec les ventes des créatrices…Sauf si tu crois que la majorité des ventes provient de boutiques frauduleuses? (n’hésite pas à m’expliquer, j’ai du mal à comprendre l’intégralité de la situation :-)

Qu’est-ce que tu veux dire par extorsion? Merci!

Isabelle

Quelques références, en vrac :

Le commerce électronique est défini comme « l’activité économique par laquelle une personne propose ou assure à distance et par voie électronique la fourniture de biens ou de services » (article 14 de la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique).

« La loi répute actes de commerce tout achat de biens meubles pour les revendre, soit en nature, soit après les avoirs travaillés et mis en œuvre [...] la commercialité résulte dans l’intention que l’on a de revendre dès le moment de l’achat » (article L.110-1 du Code du Commerce- extraits)
(Ce qui inclut l’achat de matières premières)

Selon l’article L.121-1 du Code du Commerce « sont commerçants ceux qui exercent des actes de commerces et en font leur profession habituelle ».
(Ce caractère habituel est synonyme de répété, avec une intention lucrative)

Selma

Intéressant! Je vais allez voir les articles en entiers, car cet extrait parle d’actes de commerce en tant qu’achat de biens pour les revendre. Quant à la profession « habituelle », qu’en est-il d’une personne qui a un autre travail à côté et une boutique avec 10 articles en ligne qui ne se vendent pas? Enfin je n’ai pas encore tout compris :-)

Isabelle

L’article précise « après avoir été travaillés et mis en œuvre », ce qui peut se comprendre par « l’achat de matières premières en vue de leur transformation » (ex : t’achètes des apprêts, des perles, des pierres, des chaines – et tu les mets en œuvre, ce qui donne un bijou).
Il y a donc bien achat en vue de revendre (transformé – ou mis en œuvre, comme tu préfères).
La notion de « profession » désigne l’INTENTION d’avoir un revenu de l’activité.
J’ai repris ce point un peu plus loin dans la discussion.
C’est un point très important, que cette intention. Pour le législateur, l’acte de commerce réside dans l’attention, pas dans le CA dégagé…
Et ne pas oublier que l’on peut tout à faire avoir 2, 3, 4… professions – à entendre comme activités rémunérées.
Par ex., quelqu’un qui galère avec 2 1/2 temps a bien 2 contrats de travail distincts, avec 2 fiches de paie distinctes.
Et donc, ce n’est pas parce que l’on une activité salariée qu’il ne faut pas déclarer son « autre » activité, à savoir ici la création !

LuLu FActOrY

Bonjour Selma,
Et merci pour cet article !

Pour ma part, je suis sur ALM depuis un peu plus d’un an, et désormais en tant qu’AE. Je suis entièrement satisfaite de la plateforme, très simple d’utilisation et à paramétrer en quelques clics, et également de l’équipe. J’ai rarement eu l’occasion d’échanger, mais je tiens à préciser que j’ai toujours obtenu une réponse rapide et claire à mes interrogations.
Côté forum qui semble susciter beaucoup de controverses, je dois avouer que je n’ai pas vraiment le temps de m’y attarder… donc je ne peux donner un avis.
Sur ALM, j’ai aussi des contacts très agréables avec des acheteurs qui souhaitent des créations personnalisées. Que la commande aboutisse ou pas, je n’ai jamais été déçue.

Ensuite, je n’ai pas vraiment comparé non plus avec une autre plateforme. J’ai ouvert une boutique sur Etsy, mais le fonctionnement m’a paru bien plus compliqué, je m’y perdais. Et de plus, il était pour moi difficile de gérer les 2 boutiques… Ayant peu de créations en stock, je me suis retrouvée avec 2 ventes sur un même produit, j’ai donc préféré mettre Etsy en stand-by pour l’instant. Il faudrait que je m’y repenche… cela me paraît intéressant pour la vision internationale. Et là aussi, les contacts avec l’équipe furent très professionnels.

Je pense qu’il n’y a pas une plateforme plus efficace qu’une autre… Chacune a ses avantages et inconvénients, ensuite à chacun de voir où il s’y reconnaît le plus. Au final, n’est-ce pas la qualité des créations et des contacts, et la rédaction d’une fiche produit qui font – entre autres – la différence ?

Carole

Selma

Bonjour Carole :-))
Je crois aussi que c’est plus la qualité des créations + des contacts + de la boutique qui font la différence que le statut. Ou qu’en tout cas le statut ne règlerait qu’une partie du problème, qui me semble plus compliqué que ça.
Merci beaucoup aussi pour ton témoignage sur les relations avec l’équipe et les acheteurs.
A bientôt!

Mamie Ben

Juste un petit mot concernat ce fameux
« seuil de ventes COMMERCIALES à ne pas dépasser » pour les déclarations sur feuille d’ impôt…
Attention, je parle bien de ventes COMMERCIALLES tels que définis dans l’ article L110 du code du commerce :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006219125&idSectionTA=LEGISCTA000006133171&cidTexte=LEGITEXT000005634379&dateTexte=20081120

J’ ai lancé un défi sur le Fofo d’ ALM à quiconque trouverai un TEXTE OFFICIEL sur le sujet … J’ attends encore.

Sinon, vous pourrez toujours jeter un oeil aux FAQ de ALM :
http://www.alittlemarket.com/blog_display.php?blog_id=7917&#div2

Je suis très curieuse de voir le résultat d votre enquête sur « la vente sur Internet: pros et particuliers » … sûre que ce sera exceptionnellement intéréssant !

Merci d’ avance

Selma

Merci pour ces liens :-)) Je vais enquêter, hi hi!

Mamie Ben

Désolée de revenir à la charge, mais quelque chose dans une de vos réponses me chatouillait les neurones commerciales … lol,
Je viens de trouver et je vous cite :
« … Je veux dire: qu’ un n° de siret n’ entraine pas forcément une attitude professionnelle: on peut se déclarer en 5 mn, mais mettre en vente n’ importe quoi…  »
Pour obtenir un n° de siret, il faut obligatoirement être inscrit soit à la CCI, soit à la CMA, soit aux deux … ou encore à la Maison des artistes…
Ce qui implique obligatoirement le paiement de cotisations sociales qui sont calculées sur le CA si en statut AE, soit au forfait si statut Micro (il y a d’ autres modes, mais je vais m’ en tenir à ces 2 là qui sont les plus courrants dans la vente sur le Net telle que pratiqué sur ALM)…
Donc, quand vous parlez d’attitude professionnelle,
moi je vous parle de légalité professionnelle et surtout de charges professionnelles…
à qualité de prestation égale ou inégale un pro a toujours une pénalité de 15% mnimum , vis à vis d’ un non déclaré…,
en outre il a des OBLIGATIONS (remboursements, retours payants, responsabilité concernant les compositions des produits vendus, conformité aux normes europeenes des articles (pour enfants, par exemple)) … que les particuliers n’ ont pas. …
D’ ou concurrence déloyale (et un petit lien avant de vous laisser tranquille …lol):
http://www.web-libre.org/dossiers/concurrence-deloyale,2748.html

Selma

Bonjour, et merci de revenir à la charge :-)) c’est très intéressant!
Je comprends bien le souci des obligations + charges liées à un statut professionnel, mais si je parle de professionnalisme c’est parce que je considère que ça, c’est le minimum. Mais que ce n’est pas suffisant pour une boutique et des relations commerciales de qualité : on peut avoir un numéro de siret, offrir toutes les garanties légales, cotiser quand on gagne quelque chose, et continuer à proposer des créations bas de gamme qui noient la qualité dans la masse.
Je vais aller ces liens, merci pour le partage!

Mamie Ben

J’ ai HONTE …
J’ ai oublié le Centre de formalitées des ntreprises , pour l’ inscription des AE …

Selma

Hé hé, pas de problèmes :-)

Juliette

bonsoir Selma,

pour moi aucune plateforme j’ai préféré commencé uniquement avec une page FB et j’ai maintenant une site et une boutique sur la toile depuis quelques moi mais au final le gros de mes ventes se fait toujours par fb et maintenant le bouche à oreille par mail.
je viens juste pour rebondir sur une de tes réponses à propos du statut pro ou amateur: le siret est effectivement facile à obtenir mais il s’accompagne de charges à payer et des démarches administratifs contraignantes, les moins de 18 ans seraient déjà écartés. Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on peut être « pro » sans numéro mais difficile aujourd’hui de s’en sortir si en plus on est noyé dans la masse, qu’on nous copie et que l’on vende ces copies à moindre coût.

bonne soirée

Selma

Bonjour Juliette! Oui, je suis d’accord : je disais plus haut qu’un numéro de siret écarterait les mineurs, mais du coup il faudrait qu’il y ait une forte proportion de mineurs pour que ça règle « le problème », et je ne sais pas ce qu’il en est. Après pour la copie, c’est un vaste sujet que j’ai en partie traité mais je n’ai pas fini : la suite viendra! En tout cas, la plupart des créatrices ne protègent toujours pas leur travail à l’inpi :-)
Merci pour ton avis! A bientôt!

Ombresoleil

Bonjour,

Je tiens à apporter ma pierre à l’édifice, surtout concernant le « statut particulier ». Un particulier ne peut clairement pas vendre des objets NEUFS que se soit de la revente, ou de la fabrication. C’est clair, c’est net et c’est précis.
le fait de déclarer aux impôts, cela concerne les vides grenier, vendre sa voiture, ou tout autre objets USAGERS (j’ai la règlementation des ventes au déballage, où il est bien spécifié la chose concernant pour les particuliers le droit de participer à certains marchés dans un cadre précis. Que la vente soit sur un marché « physique » ou sur internet ne change rien ! )

Faire acte de commerce d’objets fabriqués ou acheté NEUFS aux fins d’être revendu qui plus est en ouvrant une boutique, ne peut être fait qu’à partir du moment où l’on est professionnel. L’ouverture d’une boutique prouvant en soit l’envie de faire acte régulier de commerce.

C’est tout simplement un agent de l’URSAAF qui me l’a confirmé. Marre des polémiques, j’ai donc décroché mon téléphone afin de poser les questions.
Il n’y a pas de « montant » toléré, d’autant plus que le statut d’AE a été créé justement pour ces personnes qui sortent du cadre vente occasionnelle.

Afin de régler lever le doute je vous engage à faire comme moi et à contacter votre centre URSAAF afin de poser clairement la question.

Les impôts seront toujours satisfait du moment que vous déclarez des ventes, mais ça ne vous décharge en aucun cas de l’obligation de déclarer ses sommes à l’URSAAF afin de s’acquiter des taxes qui incombent.

Selma

Bonjour! Merci pour ta pierre à l’édifice :-))
Si tu as des textes pour étayer ça, je suis preneuse!
Urssaf ou impots, malheureusement on n’a pas toujours les mêmes infos au bout du fil.
Je vais contacter mon centre, on verra bien, en attendant, je suis preneuse de liens vers des sources si tu en as, merci!

sylvie
Mamie Ben
véronique Guirard

Bonjour,
Juste pour apporter » ma petite pierre à l’édifice », les memes problémes se posent lors des differents marchés de noel , qui débutent dans ma région début novembre. La plupart sont organisés par les communes et aucun numéro de siret ne vous ai demandé. Artisans, créateurs pro et amateurs du Dimanche se cotoient, aucun controle n’est jamais effectué pour gacher la fete !!! Ce probléme existait avant internet, existera encore, le moyen mis à notre disposition à tous , ne fait que le multiplier.
Le site d’ALM est peut etre un peu dépassé par son succés, mais il ne fait que s’engouffrer dans une bréche qui existe déjà.Tant que le site ne se fera pas taper sur les doigts par un organisme d’état, je ne pense pas qu’il changera son mode de fonctionnement, les amateurs sont aussi son fond de commerce, pour l’instant le risque c’est que les pro. quittent le site, c’est tout.

Ombresoleil

malheureusement, ces marchés de Noel sont souvent organisés par des bénévoles ou des personnes qui n’ont pas les connaissances.
Malgré cela, en cas de contrôle, c’est tout de même une très grosse amende et un risque d’emprisonnement pour l’organisateur qui laisse un particulier vendre sur un marché et pour le particulier qui y vend !

mia cara

Bonjour Selma,
Cet article est décidément très intéressant! Beaucoup d’informations très constructives ont été données. Mon expérience personnelle sur ALM est plutôt positive.J’y suis depuis fin 2010. Mes ventes sont très inégales et le nombre croissant de créateurs dilue les visites quotidiennes. Mais la concurrence stimule ! Je trouve la mise en ligne très simple (plus simple que sur Dawanda que j’ai également testé). Nos boutiques sont bien présentées mais effectivement, on est vite noyé parmi des milliers d’autres, certains dont les photos et produits ne font pas très pro. Il faudrait peut-être qu’il y ait plus d’exigence à ce niveau là. C’est vrai que le budget temps est considérable pour les photos, mais la vente en ligne, c’est ça aussi ! Je regrette que sur notre boutique ALM, nous ne puissions pas lier notre site perso ou notre page FB (Dawanda le fait) alors que nous pouvons mettre notre boutique ALM sur notre page (ça marche dans un sens mais pas dans l’autre !). Avant, il y avait un espace blog qui nous permettait de télécharger des diaporamas, de mettre des photos d’ambiance et qui était facile d’accès depuis notre espace boutique… Je regrette que cela n’existe plus. Ca a été remplacé par un autre espace beaucoup plus « light » , pas évident à trouver pour qui ne cherche pas !
Merci Selma pour ce que tu fais ! J’attends avec impatience ta « synthèse » sur la législation ! Personnellement, j’ai encore un autre statut que ceux évoqués … Si cela t’intéresse, contacte moi par mp.
Bonne journée créative !

Selma

Merci beaucoup pour ton témoignage :-)
Je prends note :-)

Estelle

L’extorsion est l’action d’obtenir de force de quelqu’un quelque chose , je pensais à l’obligation de nous voir proposer le « satisfait ou remboursé » même si nous ne sommes pas d’accord ,personnellement, je travaille uniquement sur de la commande personnalisée, je n’accepte pas le retour de commande et encore moins le satisfait ou remboursé, mes produits ne peuvent être remis en vente derrière ….

Selma

AH! Je pensais à l’extorsion de fonds :-)) Il s’agit donc de conditions de vente, je comprends le problème. merci!

Feutrée

Bonjour,
Alors déjà pour apporter moi aussi ma pierre à l’édifice sur ce « grand débat » de la légalité des particuliers : à l’occasion de l’organisation d’un marché, moi aussi j’ai pris mon téléphone et j’ai contacté la direction départementale de la répression des fraudes et de protection de la population (je ne sais plus le sigle exact, mais bon vous voyez l’organisme), où on m’a répondu que oui, les particuliers peuvent vendre leur création (pas que des objets usagers) dans un max de 2 participations par an, assimilé donc à la vente au déballage.
La seule conclusion qu’on peut en retirer, entre mon exemple et celui ci-dessus avec la réponse donnée à l’urssaf, c’est… qu’il n’y a pas de législation exacte concernant la création fait-main, et qu’au final d’un interlocuteur à un autre, la réponse peut changer ! Le monsieur au téléphone me l’a dit lui-même : la législation est floue, pour l’instant (et il n’avait pas l’air optimiste sur le fait qu’elle serait éclaircie rapidement), mais que justement du fait de ce flou, la « politique » (en Savoie en tout cas) était cette tolérance d’assimiler le fait-main à la vente au déballage.
Du coup j’ai permis aux particuliers de participer à mon marché de créateur, et pour certains ça a d’ailleurs été l’occasion de leur parler du statut AE et de leur conseiller d’y réfléchir : car oui, beaucoup de particuliers le restent tout simplement parce qu’ils n’ont pas conscience qu’ils pourraient simplement acquérir un statut « pro » avec l’AE, pas par sournoiserie et mauvaise intention !
Et donc sinon, pour apporter mon propre témoignage sur ALM et mon expérience des plateformes de vente en ligne : au départ je m’étais inscrite sur Etsy, car c’était la plateforme utilisée (et donc mise en avant) par certaines créatrices dont je suis l’activité. Je parle pas mal anglais, donc de base j’arrive à me débrouiller, mais malgré tout c’est vrai que c’est parfois un peu « fatiguant » et pas des plus confortables d’être sur une plateforme d’une autre langue. Sur Etsy, je voyais comme avantage le côté « ouverture sur l’international », mais à l’usage je me suis aussi rendu compte du revers : on est aussi en « concurrence » avec les vendeurs du monde entier, pas sur nos créations mais de base sur notre visibilité : puisque la masse de boutique est immense, on est d’autant plus facilement noyés dedans !
Du coup, une copine qui elle était sur ALM m’a à l’inverse vanté le côté « local », plus visible et la communauté francophone d’ALM, et incitée à m’y inscrire. Résultat : sans faire plus de comm, au bout de quelques semaines j’ai commencé à faire mes premières ventes sur ALM, alors que toujours rien sur Etsy après quelques mois. Comme quoi, ma copine avait raison sur ce point ! ;)
Et c’est vrai que le côté francophone est bien plus agréable, on va du coup plus facilement vers les autres (vendeurs ou acheteurs) car le soucis de la langue ne se pose pas.
Côté forum j’y vais peu et c’est vrai qu’entre l’ambiance parfois revancharde et hautaine de certaines, et le déferlement de sujets insipide du genre échange de page FB ou « regardez ma créa je suis trop fière lol », ça ne m’incite pas à y passer du temps. Mais j’y vais quand j’ai besoin (d’une info, de retour d’expériences d’autres vendeuses), en faisant abstraction de ces mauvais côtés, parfois du coup j’en profite pour répondre à une question et aider à mon tour si je peux.
A côté de ça, il y a les forums régionaux, qui permettent de mettre en relation plus directe les créateurs d’une même région, et ça c’est vraiment chouette comme idée, même si de mon point de vue ça mériterait d’être amélioré (le suivi de ce forum n’est pas pratique, par exemple on n’a pas de possibilité d’être notifié d’une réponse à un sujet si l’on n’en est pas le créateur).
Que ce soit pour mettre en place des projets communs, des marchés, expo-vente ou autre, pouvoir rencontrer ou être mise en relation avec d’autres créatrices de mon département était important pour moi : ALM permet ça bien plus facilement qu’Etsy à mon goût, sans doute parce que les créateurs et gérant d’ALM sont français et non à l’autre bout du monde.
A ce titre l’événement des Journées du Fait Main est aussi une initiative que je trouve super, ne serait-ce que parce qu’elle nous incite justement à sortir du cadre du web, tout en nous donnant l’occasion et des moyens (à commencer par un réseau de créateurs locaux) pour faire bouger les choses dans notre ville ! En tout cas pour ma part, ces journées du fait-main 2013, que j’ai organisées dans ma ville, ont été une super occasion d’échange et de rencontres, pas seulement de ventes, avec les créateurs comme avec le public, et s’avèrent surtout être le point de départ d’autres projets ! :)

Bref, je n’ai pas pour autant fermé ma boutique Etsy, j’ai depuis effectué quelques ventes sporadiques, mais il est clair que pour moi ALM est bien plus un tremplin pour développer mon activité ;)

Ombresoleil

c’est faux je vous invite à regarder la legislation sur la vente au déballage, les choses sont clairement dites !
voici la loi : La loi n°2008776
du 4 août 2008 a modifié l’ar ticle L3102
qui r égit les
ventes au déballage
et voici ce qu’on y trouve dans le préambule :
« Les particuliers non inscrits au registre du commerce et des sociétés sont autorisés à participer
aux ventes au déballage en vue de vendre exclusivement des objets personnels et usagés deux
fois par an au plus. »

bien noter : en vue de vendre EXCLUSIVEMENT des objets personnels et usagés, je pense que la chose est clairement dite non ?

Feutrée

Moi je ne fais que répéter la réponse que j’ai eu de la part de la répression des fraudes : pour vous c’est peut-être clair, pour l’interlocuteur que j’ai eu visiblement ça ne l’était pas, et il l’a dit texto… et vu que c’est son service qui statue en cas de contrôle, moi ce qui m’importait c’était d’avoir une réponse pour savoir quoi faire pour le marché que j’organisais. ;)
Chacun en pense ce qu’il en veut, ensuite, mais à mon avis si c’était si clair que ça, il n’y aurait pas un tel débat et tant de questionnements, de réponses contradictoires de la part des organismes officiels, etc… ;)

Crepin

Merci pour ce topique ,très bien écrit, intéressant, constructif…comme toujours ;-)
Je vends sur ALM depuis 2 an , très simple d’utilisation, efficace….le forum en effet est parfois voir souvent inondé par des agressivités entre créatrices mais heureusement il y a aussi une mine d’info pratique mais j’y vais de mois en moins .
Je vends régulièrement mais il est vrai que nous sommes très nombreux, et je suis d’accord avec les messages précédent quant a une classification pro et non-pro. Et que les boutiques non suivies depuis plusieurs mois devraient être suspendues temporairement et si pas de réponse de la créatrice , supprimer. Car cela inonde la plateforme. Qu’en pensez vous
Je suis également sur Facebook et j’ai un site depuis 4 mois
Alors mon cerveau chauffe. Comment me faire plus connaître, pub, vente dom, démarche dans boutique…
Bref c’est un job a plein plein temps.
Je vais a Paris pour le salon Bijorhca afin de rencontrer d’autres creatiçes et des fournisseurs j’espère vivre une bonne expérience d’échange la bas, on verra. ..
Florence
Merci apolline.

Amélie

Bonjour!
Alm, vaste sujet!
J’ai une boutique sur ALM depuis décembre 2010. Elle y est toujours, m’apporte des ventes très ponctuellement, mais je ne vais pas me plaindre à ce niveau-là, je ne prends pas assez de temps pour l' »entretenir » et la faire vivre. Mais mon petit retour sur expérience est celui-ci:
-Communication avec l’équipe d’ALM/ Valeurs:
Avant de m’inscrire, je n’étais pas encore AE. L’idée était plus de tester. J’arrivais avec une collection de carte de voeux, dessinées par mes soins mais imprimées par un imprimeur. Une de valeurs d’ALM étant le fait-main, je m’étais fendue d’un mail à l’équipe pour savoir si j’avais le droit d’y vendre. Réponse adorable et personnalisée (pas du tout un mail tout fait) d’un des Nicolas, me disant qu’il n’y avait pas de soucis, que ça lui paraissait logique que je passe par un imprimeur et qu’il serait ravi de me compter parmi les créatrices de la boutique. Bref, tapis rouge…
Puis première mauvaise surprise, ALM organise un concours pour Noël et fait gagner une de mes créations… Sans me prévenir. Après un envoi de mail de ma part, l’explication m’arrive, ALM m’achètera le création pour la gagnante. Sauf que: et si j’avais vendu tout mon stock, d’ici aux résultats? et si je décidais de fermer boutique entre 2? Bref, un peu de communication aurait fait du bien! (sans compter qu’ils ont mis un certain temps à m’acheter le lot après, alors que j’avais la gagnante qui, ignorant tout de l’arrangement avec ALM, me réclamer son gain…)
Rebelote qqs mois plus tard. Quelqu’un d’ALM m’envoie un mail vantant la qualité de mes photos, et me demandant l’autorisation d’utiliser l’une d’entre elles pour illustrer un concours (il ne s’agissait pas de faire gagner ma création). J’accepte à conditions que la photo comporte un lien vers ma boutique. Je passe du temps à faire les photos, ce n’est pas pour que les autres en retire un avantage libre… La photo a été publiée sans lien. J’ai fini par obtenir le lien après une petite dizaine de mail de réclamations (tous restés sans réponse sauf le dernier où je les menaçais de les attaquer pour non-respect du droit d’auteur). Un site de créateurs qui ne respectent pas le droit d’auteur… Un comble.

-Le nombre, la qualité et le professionnalisme des créateurs:
Je suis d’accord avec toi, le fait d’avoir un numéro de SIRET ne garantit pas la qualité. Par contre, avoir un numéro de SIRET implique des charges et donc des prix en conséquences. Permettre à n’importe qui d’avoir une boutique sur ALM, c’est permettre une concurrence qui n’est pas très loyale. Et à priori (à confirmer, mais j’avoue que c’est un tel flou que j’ai arrêté de chercher!) pas très légale.
Par ailleurs, tu l’as dit dans ton article sur ALM, trop de choix empêche le client potentiel d’acheter. Je ne peux pas compter le nombre de fois où je me suis dit que j’allais acheter un cadeau sur ALM et où j’ai laissé tomber, découragée par les dizaines de pages de créations à faire défiler, la très grande majorité étant à mon sens sans intérêt et/ou de qualité médiocre. Peut-être tout le monde aurait à y gagner (sauf les non-pros!) si il y avait une sélection des créateurs autorisés à vendre sur ALM. ça pourrait bien augmenter leurs ventes! (et il n’est pas question de droit (légal) de vendre ou pas. Même si légalement un particulier était autorisé à vendre sur une telle plateforme, les dirigeants d’ALM sont libres de mettre les limites qu’ils veulent à l’inscription…) Concernant la qualité de ces boutiques pro, les clients feraient vite le tri en donnant des mauvaises évaluations à ceux qui les méritent!

Bref, je ne sais pas si mon commentaire est très constructif, mais je suis personnellement très déçue d’ALM. Je trouve q’il y a un fossé entre les valeurs affichées ainsi que la bonne humeur qui transparaît dans les mails aux créateurs et la réalité. Comme dit plus haut dans un commentaire, ça me fait bien rire leur petite campagne pro-statut AE en ce moment. Ils devraient commencer par balayer devant leur porte. Comme on dit!

De mon côté, je bosse sur un beau site commercial qui viendra compléter mon blog (d’où viennent quasiment toutes mes commandes). Ce n’est pas en réaction à ces dysfonctionnements, mais tout simplement l’évolution naturelle de ma petite entreprise, mais j’avoue que je serai bien contente de fermer cette boutique ALM le moment venu.

Peut-être vais-je gagner au concours du commentaire le plus long? ;)
A bientôt!

lara

Il n’y a pas de spécifité du commerce en terme de e-commerce. Un commerçant qui met en vente un produit d’une provenance particulier est passible de poursuite. La question est pourquoi ALM ne l’est pas (et c’est une vraie question ?) Pour certains c’est un non sens, pour d’autres il s’apparente réellement aux règles de vente de produits personnels tel que e-bay .

En surfant entre le hobby et la vraie vitrine professionnelle, le flou légal est réellement présent. ALM est soumis à la législation française (ce que j’ignore pour etsy ou dawanda ) . C’est pourquoi ALm oriente désormais son discours sur l’aide à la professionalisation qui reste pour le moment essez théorique d’un point de vue statutaire.
Cependant, cela souligne quelque chose qui peut être intéressant, c’est vrai que je trouve bien, à mon sens je le répète, de pouvoir gravir les marches de manière progressive (n’est-ce pas la volonté de la réforme des AE ?… humhum) et permettre une période sans statut pour s’essayer me semble positif. Mais il faudrait que ce soit cadré.

lara

Source : CCI aquitaine (chmabre de commerce et d’industrie) http://www.entreprendreenaquitaine.fr/fiches/vente-ponctuelle-par-particulier

« Vente ponctuelle par un particulier

L’article L121-1 du code de commerce prévoit que « Sont commerçants ceux qui exercent des actes de commerce et en font leur profession habituelle ».

Le nombre de ventes ou de prestations réalisées par un particulier détermine s’il doit s’inscrire ou non au registre du commerce et des sociétés :

Cas de la réalisation d’une seule vente ou d’une seule prestation par année civile
Il existe une tolérance en droit français qui permet à tout particulier de réaliser une seule vente ou une seule prestation sans être immatriculé au registre du commerce et des sociétés (RCS).
Le particulier a tout de même l’obligation d’établir une facture hors taxes en mentionnant « Facture effectuée par un non assujetti, TVA non applicable » et de déclarer cette somme dans sa déclaration de revenus Déclaration 2042-C. NB : Il est prudent de contacter le service des impôts compétent lors du remplissage de cette déclaration.
Attention : un montant de vente trop élevé peut entrainer l’obligation de s’inscrire au RCS ou de se déclarer auto-entrepreneur. Se renseigner auprès du service des Impôts.

Cas de la réalisation de plusieurs ventes ou prestations par année civile
Si le particulier effectue plusieurs ventes ou prestations (2 ou plus), et ce quelque soit le montant, il a l’obligation de déclarer cette activité en s’immatriculant au registre du commerce et des sociétés ou en se déclarant auto-entrepreneur.
Exemple : organisation d’une journée de vente,…

NB : il n’existe aucun texte fixant un plafond en dessous duquel il est possible de vendre sans être immatriculé. »

chris

Bonjour

Alors mon expérience ALM /ALME ( pour la revente de mes surplus)

J’aime bien cette plate-forme pour son ergonomie, ses tarifs bas – que ce soit les commissions sur vente que ceux des paiements en ligne

Par contre le bémol : peu de visibilité vu le nombre de boutiques ouvertes, la ligne un peu trop « libérale » que prend la plateforme déjà évoquée par d’autres

Maintenant côté ambiance : le staff est assez présent, réponse en général dans les 24/48H

côté forum : ambiance de + en + détestable du fait qu’il y ait trop de discuts et redites entre déclarés et particuliers

mais au final c’est l’ambiance générale qui règne dans le monde des créateurs

Rien qu’a voir sur les marchés/expos/salons qui sont trop souvent ouverts aux particuliers

je rappelle que les marchés de créateurs /artisanaux et pas seulement ceux de Noel, il n’y a pas que des bénévoles qui les organisent, mais aussi des mairies ( le cheque pour l’emplacement va bien au tresor public) et ils acceptent les particuliers donc tant que les contrôles se feront rares, on verra toujours le particulier vendre au milieu des pros en cassant les prix

Allez expliquer aux potentiels clients que le même article ou presque est 2 ou 3 x plus cher parce que nous sommes déclarés, nous payons des charges, des impôts ET un assurance RC pro ( obligatoire quand on est déclaré et qu’on vend en direct)

Bon pour la question « est-ce qu’un particulier peut vendre ?  » voici 2 nouvelles pistes
http://www.jurisexpert.net/le-c-to-c-ou-ventes-entre-particuliers-quel-cadre-juridique/
http://www.easydroit.fr/Internet/Vie-du-Site/Vendre.htm

, j’attends avec impatience ton résumé sur ce problème , les interlocuteurs ( impots RSI etc…) selon les régions ne semblent pas avoir les mêmes informations malgré des textes de loi

Je rappelle juste que le particulier peut vendre ses créations que dans 1 seul cas : être adhérant à une association, vendre au nom de la-dite association et ne récupérer que l’argent investi pour les créations, le bénéf étant pour l’association ( je ne retrouve plus le texte, désolée)

Bon faut que je file

lesouffledelalicorne

Bonjour Selma et tous les intervenants

En ce qui concerne la vente faite par des particuliers, vu le nombre de houle provoquée, j’ai simplement pris les renseignements à la source auprés de la DGCCR
La réponse est simple, du moment où on ouvre une boutique qu’il s’agisse de vente en ligne ou une boutique dans la vie reelle…il y a intention de vente régulière
Le vente en ligne a les même obligation d’être declaré que pour une boutique en dur….personne n’aurait l’idée d’ouvrir une boutique dans sa ville en se disant, je ne me declare pas car je vais vendre qu’occasionnellement ? :)….pourquoi ce serait il different pour une boutique internet ? :)
Idem pour le coté épicerie d’ALM….des produits bio, des produits pour les tout petits (bébé etc..) des cosmetiques, de la nourriture….et tout celà vendu par des particuliers sans aucun label, sans aucun controle sanitaire etc….et personne ne trouve celà ahurissant!:)…
Du coup, je me demande pourquoi il existe encore une chambre des metiers ou du commerce si on peut soit disant vendre sans être declaré
Sur AME, elles achetent pour vendre la mercerie, les apprêts etc….
Bref, oui la legislation est mise à mal , ce qui forcement nous mène à nous interroger du pourquoi continuer en etant déclarés…aprés tout si on peut sans, ce serait bête de s’en priver :)
Quand aux marchés et expo…idem, envahi de particuliers sans assurance pro ni carte d’ambulant
Au final, nous sommes beaucoup d’artisans dans le secteur où j’ai mon atelier a être trés tentés d’envoyer tous ensemble nos résiliations en masse des chambres des métiers avec un courrier explicatif du fait qu’il est apparement permis de faire sans
Avnt, il y avais quelques particuliers qui tentaient en vu de tester….à présent, il y a 70% de particuliers qui n’ont aucune intention d’en faire un métier un jour….par contre, les artisans en subissent les conséquences, ils sont à present assimilés à du « loisirs creatifs », du hobby etc…le public melange tout et surtout ne s’interresse plus car comme ils me le disent à l’atelier en direct…bah, de nos jours tout le monde est artisan ou createur…
On a eu le courage un jour de prendre le risque d’en faire notre metier, depuis plus de 10 ans pour ma part…eh bien si ces particuliers veulent jouer aussi de chez eux a partir de leur hobby, qu’ils prennent ces risques aussi!
Car, pour nous c’est tout de même notre seul gagne pain qui est devorisé à force
En fait, d’ailleurs, en toute logique, pourquoi reserver celà à l’artisanat, pourquoi ne pa faire pareil avec tous les metiers ?…pourquoi par exemple, je n’irai pas proposer de travailler gratuitement à la place d’un employé, pas grave, on le virera :)….c’est la même situation
Sur ebay, lorsqu’on veut ouvrir une boutique, une info apparait précisant que l’on doit etre declaré pour ouvrir une boutique…et ebay explique la loi et l’accord qu’ils ont fait de tenter d’aviser les gens sur cette obligation…ce ne doit pas être pour rien car ebay aussi prefere juste encaisser donc il y a des raisons à leurs mises en garde
voilou…désolée mais bon, tout le monde sait que mamie licorne en ecrit toujours des tonnes :))
bonne fin de journée à tous!
Sandrine

Selma

Edit du 21/06 : J’ai été surprise par le tour + le contenu + le nombre de commentaires reçus pour l’article. Beaucoup de choses intéressantes ont été dites, beaucoup de questions ont été posées et d’avis donnés. Il y a des interprétations, des expériences, des avis différents, et je pense que chacun essaie de faire au mieux. Concernant les interprétations des textes sur les statuts, et le débat pro/non pro : comme vient de me le dire une juriste, en droit, il n’y a pas que la loi et la jurisprudence, il y a aussi la coutume et l’interprétation des tribunaux. Je choisis de fermer les commentaires sur le sujet, car à l’heure actuelle, la discussion tourne en rond. De mon côté, je réfléchis à tout ça, et quand j’aurai compris j’écrirai un article bien clair sur le sujet! Merci à toutes pour votre participation :-)

Selma

:-) J’ai vu ça reproché à toutes les plates-formes de vente…ici je ne me demande si ce n’est pas seulement un problème de communication. Me concernant, oui, c’est mon bâteau, hi hi. Le négatif est rarissime quand même, et plutôt par mail. Mais dans les discussions, disons que ça m’arrive d’orienter par mail quand je vois des qui pro quo arriver : c’est plus facile pour se comprendre et éviter que le ton monte, discuter tranquillement, quoi :-) Merci pour ton témoignage :-)

Selma

J’y réfléchis :-)) Merci! Bonne journée Delphine!

Selma

Je ne sais pas justement si l’obligation de déclaration va de paire avec la mise en ligne (même sans vente) de créations. Si tu as des textes, je suis preneuse :-)

Isabelle

Le fait de créer une boutique en ligne, de l’achalander, des faire les photos, les textes…et d’afficher des prix, s’apparente à une INTENTION
de vendre.
D’un point de vue légal, c’est L’INTENTION qui compte, pas le CA dégagé ; tu peux très bien ne rien vendre (CA = 0), cela n’a aucune importance : le but premier est bel et bien de vendre, c’est donc un acte de commerce tel que définit dans les textes.
En prime, tout cela représente un vrai travail, et comme tout travail il doit être déclaré aux organismes sociaux…

Selma

Moi je veux bien, mais je n’ai pas encore trouvé de texte qui stipule que l’intention vaut acte de commerce. Mais je n’ai pas fini d’éplucher les liens :-)

Emma Coutancier

Selma,

je ne comprends pas le sens de vos remarques sur mettre en ligne sans être déclaré, qui pourrait être autorisé….
On ne peut pas vendre si on n’est pas déclaré. Si je mets des articles en vente, et que j’attends la première vente pour me déclarer, je suis dans l’illégalité puisque j’ai fait une vente.
Est-ce qu’un boulanger attend d’avoir vendu son premier pain pour aller à l’Ursaff?
Est-ce qu’une usine ne fait ses formalités qu’une fois les premières fabrications vendues? Ce n’est pas parce que c’est un petit business, que les règles sont différentes….

Selma

Je cherche cette info, car il a été proposé dans les commentaires que les amatrices puissent ouvrir des boutiques en ligne ALM sur une durée limitée, pour voir si ça marche ou non, avant de passer à un statut pro. Cela revient donc à mettre une boutique en ligne pendant plusieurs mois avec un statut de particulier : même si on ne vend rien, est-ce que c’est légal quand même? Si ça décolle à fond et que je fais des ventes tous les jours : est-ce que du coup pendant ce laps de temps-là je suis dans la légalité juste parce que j’ai un « statut d’essai? » Et je suis bien d’accord avec tes remarques. Mais je trouve des infos contradictoires. Si tu trouves une source légale (pas une site d’information), envoie-moi le lien :-)

Selma

Isabelle, je suis complètement d’accord. Mais je ne trouve pour l’instant aucune indication légale que l’intention vaille acte de commerce pour le législateur. J’ai plutôt trouvé que l’acte de commerce est estimé en fonction de la fréquence et du montant. Donc, cherchons!

Emma Coutancier

ok, je comprends l’idée.
c’est un très vieux débat, j’avais le même sur ebay il y a 5 ou 6 ans, mais au bout du compte, les seules infos qu’on trouve, c’est que tu dois être déclaré pour vendre légalement. Tu ne trouvera aucun texte légal qui te dis que tu peux faire un essai légalement. Et d’ailleurs, pour moi, c’est une des raisons d’être du statut d’AE : tu peux faire tes essais avec une fiscalité et des formalités ultra light, et si ça marche bien, tu peux évoluer vers un autre statut.

Previous post:

Next post: